Pour l’UDC, c’est une victoire éclatante. Soutenu par une majorité du peuple (54,3%), l’article constitutionnel sur la famille n’a pas obtenu la nécessaire majorité des cantons (11 pour, 15 contre). Un épilogue qui aurait paru complètement farfelu il y a deux mois. Le projet, largement accepté par le parlement, bénéficiait encore de 66% d’avis favorables mi-janvier, selon le premier sondage de l’institut gfs.berne. Le soutien s’est érodé ces dernières semaines sous l’impulsion de l’UDC, qui a mené une campagne très active pour dénoncer «le coût disproportionné» des Staatskinder (enfants étatisés).

L’échec d’un objet par un blocage d’une majorité de cantons alors que le peuple a dit oui constitue une rareté. C’est la neuvième fois que cela se produit depuis 1848. Ce n’était plus arrivé depuis 1994. Comme l’a souligné Alain Berset lors de la conférence de presse du Conseil fédéral, l’article constitutionnel sur la famille est l’objet qui, dans ce contexte particulier, a obtenu le soutien le plus net, avec plus de 200 000 voix d’avance pour le oui.

«Les Suisses demandent un soutien à la famille qui reste dans le cadre constitutionnel actuel», a synthétisé le ministre socialiste, soulignant la difficulté du Conseil fédéral et des partisans du projet d’expliquer «ce qu’est vraiment» un article constitutionnel. «Il s’agissait de poser une base de réflexion, pas de proposer des mesures concrètes. Dans ce contexte, il était difficile de contrer les arguments liés aux coûts. Cela a créé une incertitude.»

Le résultat du scrutin met en évidence un clivage entre cantons latins et germanophones et, dans une moindre mesure, entre ville et campagne. Tous les cantons romands et le Tessin ont dit oui à une nette majorité, avec des pourcentages compris entre 79% et 57%. En Suisse alémanique, seuls Bâle-Ville (65%), Bâle-Campagne (52,7%), Soleure (50,4%) et Zurich (53,5%) ont accepté l’objet, avec un taux plus élevé dans les régions urbanisées.

L’introduction d’un article 115a dans la Constitution prévoyait que Confédération et cantons «encouragent» les mesures permettant de concilier vie de famille et travail. Si «les efforts des cantons ou de tiers ne suffisent pas», la Confédération aurait «fixé les principes applicables». Une perspective qui a fait peur à de nombreux Suisses alémaniques, attachés au rôle subsidiaire de l’Etat en matière sociale. «On retrouve le même clivage que pour le concordat HarmoS, note la conseillère nationale et secrétaire générale de Pro Familia, Lucrezia Meier-Schatz (PDC/SG). En Suisse alémanique, le mythe de la famille à un revenu qui assume seule toutes les responsabilités est encore vivace.»

«Evidemment déçue», la démocrate-chrétienne n’était pas abattue. «Pour une majorité de la population, la famille est un thème politique majeur. Durant la procédure de consultation, 21 cantons ont soutenu l’article sur la famille. On les interpellera pour qu’ils fassent les efforts nécessaires pour permettre aux femmes de concilier travail et vie de famille.» Un chantier qui, regrette-t-elle, peut prendre du temps. «Pour les sujets de société, il faut faire preuve de persévérance. Qu’il s’agisse de l’AVS, du vote des femmes ou de l’assurance maternité, il a fallu s’y reprendre à plusieurs fois.»

Du côté des vainqueurs, le conseiller national Guy Parmelin (UDC/VD) témoignait de sa satisfaction. «C’est une des rares victoires du fédéralisme ce dimanche», soulignait-il en faisant référence à la révision de la loi sur l’aménagement du territoire. Comment faire pour combler le déficit en places d’accueil, estimé à 50 000 pour tout le pays? «C’est aux cantons et aux communes de définir quels sont les besoins en matière d’accueil des enfants, pas à la Confédération. Elle doit déjà faire face à d’autres défis, avec des milliards à mettre sur la table pour maintenir les prestations des assurances sociales. Ce n’est pas le moment de pratiquer la politique de l’arrosoir, alors que les besoins sont très différents selon les régions.»

«Les Suisses demandent un soutien à la famille qui reste dans le cadre constitutionnel actuel»