Le procureur fédéral Brent Holtkamp s'est déplacé lundi dernier à Bruxelles dans le cadre d'une enquête sur un trafic international de coltan, un minerai utilisé dans la fabrication des téléphones portables. «Il y a rencontré le juge d'instruction (Michel Claise) et lui a apporté nombre d'informations et de documents intéressants ainsi que des relevés de comptes bancaires», a déclaré le Parquet belge au quotidien Le Soir qui révélait cette information jeudi. Plusieurs comptes ont été bloqués en Suisse pour une somme de plus de 13 millions de dollars (environ 19 millions de francs suisses), a expliqué le Parquet de Bruxelles au Temps. A Berne, le Ministère public de la Confédération a confirmé le contact.

Selon Le Soir, les titulaires des comptes suisses sont Aziza Kuslum, également connue comme Mme Gulamali, une personne aux nombreux passeports (Burundi, Inde et Pakistan) et un citoyen belge emprisonné dans son pays depuis le 4 novembre. Les deux sont cités dans plusieurs rapports de l'ONU comme des acteurs importants du financement du Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma (RCD), rebelles pro-rwandais au Congo, via le commerce du coltan, un minerai qui, une fois raffiné, est utilisé pour la fabrication de composants électroniques.

Aziza Kuslum est la directrice de la Société minière des Grands Lacs (SOMIGL), un conglomérat qui a joui du monopole de la commercialisation et de l'exportation du coltan des territoires contrôlés par le RCD Goma depuis sa création en 1992. Ce privilège lui coûte un million de dollars qu'elle verse mensuellement au RCD.

Le citoyen belge dirige la Cogecom. Il était par ailleurs membre d'un groupe de réflexion sur la déontologie du commerce dans la région des Grands Lacs qui se réunissait au Sénat belge. Sa société est une cliente de la SOMIGL, selon un rapport de l'ONU. Des dizaines de millions de dollars issus du trafic de coltan auraient été blanchis sur territoire belge à travers la Cogecom, selon le Parquet de Bruxelles. L'argent repartait vers le Rwanda pour alimenter la guérilla du Sud-Kivu, au Congo, qui a déjà causé la mort de trois millions de personnes.

L'affaire est née d'une dénonciation de la cellule de traitement des informations financières belge, alertée par la Banque Bruxelles Lambert (BBL) qui avait identifié des mouvements suspects sur certains comptes. Dans le cadre du même dossier, le juge Claise a arrêté, le 19 novembre dernier, Zulfa Karim Panju. Ce Canadien a fait pendant quatre ans et deux fois par mois le voyage du Congo vers l'Europe avec 50 kilos d'or dans ses bagages. Fondu, cet or était revendu, notamment en Suisse, selon la police belge. L'argent issu de la vente passait par la BBL.

Modification du 13 mai 2020: le nom du citoyen belge emprisonné a été supprimé de cet article