Dans une interview accordée à la NZZ am Sontag, la cheffe de section à l'OFSP, Virginie Masserey, a déclaré que le premier vaccin contre le coronavirus devrait être homologué d'ici le mois de janvier, et que la campagne de vaccination débuterait rapidement dans l'ensemble du pays.

Lire aussi: Virginie Masserey Spicher, une infectiologue au cœur de la crise

L’infectiologue précise encore à l’hebdomadaire alémanique que l’OFSP prévoit un rythme de 70 000 vaccinations quotidiennes, qui devraient durer six mois et toucher au total six millions de personnes. «Plusieurs cantons en sont déjà à un stade de préparation très avancé», assure-t-elle. D’autres réfléchissent encore au nombre de centres de vaccination qu’ils souhaitent mettre en place. Il peut s’agir là de salles de gymnastique, d’installations de la protection civile, d’hôpitaux, de cabinets médicaux ou de pharmacies.

Lire également: Gare à ne pas vacciner que les riches, prévient un sponsor majeur des vaccins

Priorité aux personnes à risques

Virginie Masserey rappelle encore que «Les groupes à risque doivent être vaccinés en premier lieu». Outre les personnes âgées, il s’agit d’individus diabétiques, des personnes souffrant de maladies pulmonaires chroniques ou d’hypertension. Afin que ces groupes soient vaccinés le plus rapidement possible, l’aide de médecins de famille sera nécessaire. Ceux-ci contacteront et vaccineront leurs patients au plus vite.