La population suisse a augmenté de quelque 90 600 individus en 2016, soit une croissance de 1,1% en un an. A la fin de l’année dernière, le pays comptait 8 417 700 résidents permanents, dont un quart d’étrangers, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS).

L’accroissement de la population est davantage le fait des étrangers, dont le nombre a augmenté de 51 400, que des Suisses (+39 200), indiquent les chiffres provisoires de la statistique de la population et des ménages publiés jeudi par l’OFS.

Tous les cantons ont enregistré une hausse de leur population, mais l’Argovie, Zoug et Vaud sont ceux qui enregistrent la progression la plus forte, avec une hausse de 1,5%. Neuchâtel et Appenzell Rhodes-Intérieures sont ceux qui ont le moins crû (+0,2%). La proportion de ressortissants étrangers s’élève à 24,9% de la population résidente permanente. Genève suivi de Bâle-Ville et de Vaud «tiennent le haut du classement», avec un taux dépassant les 30%.

Lire aussi: Les Suisses «de souche» deviennent minoritaires chez les jeunes

Flux migratoires

En 2016, le pays a recensé 192 700 immigrations, soit une progression de 2,2% au regard de l’année précédente. Ce chiffre tient compte à la fois des arrivées de Suisses (24 400) et de ressortissants étrangers (168 300).

Le nombre des émigrations s’élève lui à 117 200, soit une hausse de 0,5% en un an, dont 30 600 départs de Suisses et 86 700 de ressortissants étrangers. Le solde migratoire qui en résulte est en hausse comparé à 2015.

Dans les immigrations et, partant, dans le solde migratoire sont pris en compte les passages de la population résidante non permanente (moins d’une année) à la population résidante permanente. En 2016, ces derniers ont constitué 26% des immigrations, contribuant ainsi à l’augmentation du nombre d’immigrations et du solde migratoire, précise l’OFS.

Population vieillissante

La population étrangère est plus jeune que celle de nationalité suisse, freinant par conséquent le vieillissement démographique qui se poursuit en Suisse. La part des personnes âgées de plus de 64 ans se situe actuellement à 18,1%, contre 20,1% de personnes de moins de 20 ans.

Cependant, dans certains cantons, la part de seniors a déjà dépassé celle des jeunes. C’est le cas à Berne, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Glaris, Schaffhouse, Nidwald ainsi qu’au Tessin et aux Grisons. La Suisse compte 29 seniors pour 100 personnes en âge de travailler (20-64 ans). A noter toutefois que le nombre de centenaires a diminué, alors qu’il doublait quasiment tous les dix ans depuis 1950.

Plus de naissances

Autre fait à relever: il y a toujours plus de naissances que de décès. L’évolution démographique s’explique par les flux migratoires, mais aussi par l’accroissement naturel, la différence entre les naissances et les décès, explique l’OFS. Celle-ci se monte à 21 100 personnes.

Seuls Schaffhouse, Schwyz, le Jura et le Tessin enregistrent plus de décès que de naissances. Zoug, Fribourg et Vaud présentent les «accroissements naturels» les plus élevés par rapport à leur population.