La population de la Suisse passera de 8,6 millions d’habitants fin 2019 à 10,4 millions en 2050, selon le scénario de référence de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Elle devrait également prendre un sacré coup de vieux, avec un accroissement de la population de 65 ans ou plus d’environ 70%.

Ce vieillissement de la population sera rapide entre 2020 et 2030, avant de ralentir un peu, sans pour autant s’arrêter, prévient l’OFS dans un communiqué jeudi. Son scénario de référence table sur une augmentation du nombre de résidents permanents en Suisse de 8,5 millions de personnes en 2018 à 9,4 en 2030 et 10,4 en 2050, soit un accroissement annuel moyen de 0,6%. Trois quarts de cette croissance proviendra de la migration.

Différents scénarios sont toutefois possible, précise l’OFS qui a aussi établi un scénario «bas», estimant à 9,5 millions le nombre d’habitants en 2050 et un scénario «haut» avec 11,4 millions d’habitants. Ces scénarios ont toutefois été élaborés et calculés avant la pandémie du coronavirus, prévient l’OFS.

Il est pour l’instant difficile d’évaluer les effets de la crise du coronavirus. L’augmentation passagère du nombre de décès ne devrait pas avoir de conséquences très importantes sur l’évolution future de la population, estime toutefois l’OFS. La crise pourrait cependant avoir un impact sur la migration, mais cela dépendra de la manière dont la Suisse arrivera à limiter l’impact économique de la pandémie.

Baby-boomers à la retraite

La hausse de la population de 65 ans ou plus sera due non seulement à un nombre de plus en plus élevé de résidents permanents atteignant 65 ans, notamment les générations les plus nombreuses du baby-boom, mais également à l’augmentation de l’espérance de vie. En 2050, la Suisse dénombrera 2,7 millions de personnes âgées de 65 ans ou plus selon le scénario de référence contre 1,6 million à fin 2019.

La population active augmentera nettement moins rapidement. La Suisse comptera 5,6 millions (+12%) de personnes actives en 2050, selon le scénario de référence. Le scénario «bas» prévoit même une diminution pour atteindre 5,0 millions de personnes en 2050 (–1% par rapport à 2019).

Cette situation se traduit par une augmentation du nombre de personnes âgées par rapport à la population active. En 2019, 35 personnes âgées de 65 ans ou plus ont été enregistrées pour 100 personnes actives âgées de 20 à 64 ans. Selon le scénario de référence, ce chiffre passera à 53 d’ici 2050.

Diminution au Tessin et dans les Grisons

Dans les prochaines décennies, la population de la Suisse continuera de se concentrer autour de l’agglomération zurichoise et dans l’Arc lémanique. Le Tessin et les Grisons avec une diminution de près de 5% seront les seuls cantons à connaître une légère décroissance démographique. L’accroissement pour l’ensemble des cantons sera d’environ 20%.

Si la proportion d’hommes diplômés d’une haute école ou de la formation professionnelle supérieure reste encore supérieure à celle des femmes (2019: 48% pour les hommes, contre 41% pour les femmes), cette situation devrait rapidement changer. La proportion de femmes diplômées rejoindra celle des hommes dans environ 10 ans avant de la dépasser (2040: 57% pour les femmes contre 54% pour les hommes).