8 542 300. C’est le nombre d’habitants de la Suisse à la fin de l’année 2018. Une croissance de 0,7%, selon les résultats provisoires de la statistique de la population et des ménages de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Selon Fabienne Rausa, de la section démographie et migration de l’OFS, le cap des 10 millions devrait être franchi en 2039. L’élément majeur qui permet à la population d’augmenter reste les migrations. Sans ce phénomène, elle vieillirait très rapidement.

La population croît dans tous les cantons, sauf ceux de Neuchâtel et du Tessin, mais pour des raisons variées. Pour Neuchâtel, la baisse s’explique par l’exode de ses habitants vers d’autres cantons suisses. Dans le Tessin, la diminution découle d’un excédent de décès. Pour ce canton, qui travaille avec beaucoup de frontaliers italophones, les chiffres sont biaisés de ce fait, selon le démographe Pierre Dessemontet. Quant au canton de Schwytz, il connaît la plus forte hausse avec 1,2% d’habitants en plus.

Lire aussi: La croissance de la population a nettement ralenti en 2017

La migration comme facteur de croissance

En 2018, 0,4% d’immigrants de plus ont été recensés, comparé à l’année 2017. 24 000 Suisses sont revenus, et près de 150 000 étrangers sont arrivés. Entre 2016 et 2017, les chiffres avaient pu être faussés par le nombre accru de demandes d’asile issues de la Syrie. Les chiffres sont désormais plus stables.

L’émigration a aussi progressé, pour atteindre les 126 200 personnes: 31 800 Suisses sont partis ainsi que 94 400 ressortissants étrangers. Pour autant, le solde migratoire, qui est la différence entre le nombre de personnes entrées sur le territoire et celles qui en sont sorties au cours de l’année, est négatif. Il s’élève à 45 500 personnes (-1%).

Lire également: La Suisse face à la migration et autres défis planétaires

Faible accroissement naturel

Bien que plus faible, l’accroissement naturel est la deuxième source de croissance. La différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès est de 18 600 (-9%). Fribourg compte bien plus de naissances que de décès, contrairement au Tessin.

25% d’étrangers en Suisse

Il y a en moyenne 25% d’étrangers en Suisse, une proportion qui varie de façon importante selon les régions. C’est dans le canton de Genève que la proportion est la plus forte – environ 200 000 personnes (40%). Phénomène inverse dans le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures, où il y a seulement 11% d’étrangers.

La crainte d’une population vieillissante est fondée, puisque la proportion de seniors de plus de 65 ans a augmenté de 1,8%, pour représenter 20% de la population totale de la Suisse. Il y a notamment 443 900 personnes âgées de 80 ans ou plus, un chiffre en augmentation de 2,2% comparé à 2017. On compte désormais en Suisse 1600 centenaires, une population dans laquelle l’écart numérique entre les femmes et les hommes se creuse toujours plus, les premières étant désormais cinq fois plus nombreuses.