Détention

En Suisse, les détenus âgés sont toujours plus nombreux

Une étude analyse le vieillissement de la population carcérale et les besoins spécifiques de ces détenus qui restent toujours plus longtemps derrière les barreaux. Très peu d’établissements sont équipés pour les aînés

Le nombre de détenus âgés ne cesse de croître dans les prisons du pays. Le phénomène n’est pas lié à un boom de l’activité criminelle chez les plus de 60 ans. Mais bien plutôt à l’augmentation des mesures de sûreté, à l’allongement des peines et à la difficulté d’obtenir une libération conditionnelle. Une étude inédite, menée par le Centre suisse de compétences en matière d’exécution des sanctions pénales (CSCSP), opère un coup de projecteur statistique sur ces seniors, examine leur état de santé et évalue les ressources disponibles pour leurs soins. Malgré des prévisions à la hausse, une majorité d’établissements sont encore mal préparés à la prise en charge de cette population plus fragile et plus exposée à la dureté du milieu carcéral.

Différences régionales

Les résultats de cette analyse pilote, dirigée par les criminologues Holger Stroezel et Christoph Urwyler, seront présentés ce jeudi à Berne, à l’occasion du Forum de la détention et de la probation. Cette réunion de tous les acteurs du pénitentiaire est dédiée cette année au thème de la santé. Quelle est la situation des plus de 60 ans en prison? Pour répondre à cette question, les chercheurs se sont adressés à 89 établissements à travers le pays. Finalement, 66 d’entre eux (soit 74%) ont participé au sondage, dont 45 accueillaient à ce moment-là des personnes âgées. Le concordat latin est celui qui compte le plus de seniors (7,3%) parmi ses détenus.