La Suisse et la Géorgie veulent renforcer leur coopération en matière de migrations. Berne et Tbilissi ont signé un mémorandum d’entente en vue d’établir un partenariat migratoire.

En visite officielle mercredi à Tbilissi, Karin Keller-Sutter a signé le mémorandum avec son homologue géorgien, indique le Département fédéral de justice et police (DFJP) dans un communiqué. Le protocole institutionnalise la collaboration entre les deux Etats dans le domaine migratoire.

Septième partenariat du genre

La Géorgie est le septième pays avec lequel Berne conclut un tel partenariat. Celui-ci vise à étendre la coopération, notamment en matière de prévention de la migration irrégulière, la réadmission, la promotion de la migration régulière ou encore les synergies entre migration et développement.

L’accord pose le cadre général pour tous les aspects de la coopération migratoire, mais ne crée pas de nouveaux droits ou d’obligations juridiques, précise le DFJP. Des experts des deux pays doivent se retrouver en Suisse pour une première rencontre technique, afin de discuter de thèmes concrets.

Mandat de puissance protectrice

Depuis 2005, la Suisse et la Géorgie sont liées par un accord de réadmission, suivi depuis 2014 d’un accord visant à faciliter la délivrance de visas. A ceci s’ajoute depuis 2019 une déclaration conjointe sur la coopération dans le domaine migratoire.

Lire aussi: La difficile quête d’un travail pour les réfugiés ukrainiens

La Suisse détient en Géorgie un bureau de coopération régionale, rappelle le DFJP. Elle s’engage notamment auprès de la population touchée par les conflits régionaux en Abkhazie et en Ossétie du Sud. Depuis 2009, Berne exerce dans la région un mandat de puissance protectrice et représente les intérêts diplomatiques de la Géorgie à Moscou et ceux de la Russie à Tbilissi.

Karin Keller-Sutter et le ministre de la justice géorgien ont aussi abordé la guerre en Ukraine et ses implications sur la politique migratoire de leurs pays respectifs. La cheffe du DFJP a relevé que la Suisse soutenait les enquêtes internationales indépendantes sur d’éventuels crimes de guerre.