La campagne a été longue, les deux parties au débat ont ferraillé et les cartouches se font rares. A quelques semaines du scrutin du 19 mai sur la reprise de la directive européenne sur les armes, le premier sondage de l’institut bernois gfs indique que les Suisses refuseraient le référendum mené par Pro Tell, le lobby des armes suisse. Celui-ci s’oppose à une loi dont le but principal est de circonscrire l’accès aux armes les plus meurtrières et d’améliorer l’échange d’informations au sein de l’espace Schengen – dont la Suisse fait partie. Les citoyens semblent fixés, seuls 1% des sondés se déclaraient encore indécis mi-avril.

Les argument des référendaires: Les opposants à la loi sur les armes entrent en campagne