Une déception. Et un rappel à l’ordre. Même si la Commission européenne a confirmé le vendredi 16 avril aux 27 Etats membres de l’Union sa détermination «pour parvenir à un accord-cadre institutionnel» avec la Suisse et sa «confiance» dans la possibilité de sortir de l’actuelle impasse bilatérale, la manière dont les négociateurs helvétiques lui paraissent jouer outrageusement la montre n’est plus acceptée à Bruxelles.

Lire aussi: L’accord-cadre peut encore être sauvé