DEBAT

La Suisse sous l'influence d'un «racisme alpin»?

Un observatoire créé par l'UE pose l'équation «Blocher = Haider»

Blocher égale Haider. Telle est l'idée répandue hors des frontières de la Suisse, que vient confirmer un récent rapport de l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes, une institution créée par l'Union européenne. Selon son président, Jean Kahn, la Suisse et l'Autriche seraient touchées par «une nouvelle forme de racisme alpin». Ainsi il existerait dans les deux pays une «espèce de culture, de mentalité commune» qui s'expliquerait notamment par «l'existence des vallées encaissées des Alpes», au fondement de l'attitude de repli sur soi.

Vu de l'intérieur, la situation paraît plus complexe. Pour les spécialistes suisses en la matière, s'il existe bien une spécificité du nationalisme helvétique, il ne faut pas la confondre avec le racisme.

Les régions alpines auraient-elles donc développé un nationalisme particulier? C'est ce que pensent certains observateurs. «Au cœur de l'Europe, des régions se sentent exclues du développement. Elles n'ont pas connu le même phénomène d'urbanisation qu'ailleurs, à cause de leur enfermement», estime Claude Torracinta, président de la Licra en Suisse (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme). Parallèlement, le patriotisme que l'on observe aujourd'hui dans le pays est le résultat d'une vieille habitude de refus des alliances avec l'extérieur. Réflexe sécuritaire d'un Etat peu sûr de son identité? Tel est le jugement porté par Brigitte Sion, responsable du Centre intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation. A ses yeux, la particularité helvétique est l'anticipation: «En Suisse, on crée un discours sécuritaire avant même que le danger n'existe.»

Cette crainte de l'étranger marquerait donc depuis longtemps les décisions de politique extérieure des gouvernements successifs. La vice-présidente de la Commission fédérale contre le racisme, Boël Sambuc, juge qu'une partie des décideurs encourage la méfiance envers l'autre, entretenant ainsi une «xénophobie institutionnelle» renforcée par le fait que les autorités «omettent de mettre en place des mécanismes de prévention de la xénophobie». Autre preuve aux yeux des militants, le droit des étrangers, établi par une loi adoptée en 1931 et toujours en vigueur aujourd'hui, qui serait issu d'une idéologie politique xénophobe. L'ouvrage Suisse: un essai sur le racisme d'Etat développe cette thèse. Selon ses auteurs, l'idée d'Überfremdung, l'altération de l'identité nationale par les étrangers, est au centre des décisions en matière d'asile. Enfin, en Suisse comme ailleurs, les discours populistes à tendance xénophobe font toujours recette. Un fonds de commerce qui force la classe politique à réorienter le débat autour de thèmes chargés d'ambiguïté.

Suisse: un essai sur le racisme d'État, Anne Weill-Lévy, Karl Grünberg, Joelle Isler, Ed. CORA.

Publicité