L’Union européenne est prête à engager un dialogue politique intensif avec la Suisse, a déclaré Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne. En tant que nouvelle personne de contact depuis fin septembre, il a rencontré lundi à Bruxelles Ignazio Cassis. Maros Sefcovic a déclaré lors d’une conférence de presse qui a suivi la rencontre qu’il s’agit désormais d’établir ensemble une feuille de route avec des directives temporelles claires. Mais il faut agir vite. 2024 est trop tard, a précisé le commissaire européen. Alors qu’en Suisse, on dit toujours que la politique européenne ne sera poursuivie qu’après les élections fédérales de l’automne 2023.

Il faut maintenant instaurer un climat de confiance, a souligné Maros Sefcovic. L’UE attend de la Suisse une volonté politique claire de se pencher sur les questions institutionnelles telles que l’adoption du droit de l’UE et le règlement des différends. L’UE fera le point lors du Forum économique de Davos à la mi-janvier 2022 et verra si la Suisse a cette volonté politique.

Lire aussi: Ignazio Cassis à Bruxelles: la crainte d’une visite inutile

Réflexion sur Horizon Europe

Concernant la pleine participation de la Suisse au programme de recherche «Horizon Europe», le commissaire européen a indiqué que l’UE a maintenant besoin de temps pour réfléchir à la manière de procéder. Elle tiendra compte de l’ensemble de la situation Suisse-UE dans sa réflexion. Dans ce contexte, Maros Sefcovic a pris note du fait que le Parlement suisse a libéré sans condition le milliard de cohésion. Il a toutefois rappelé que l’UE attend de la Suisse des paiements réguliers de cohésion à l’avenir.

La Suisse et l’UE doivent discuter d’un agenda commun lors du Forum économique de Davos en janvier 2022, selon Ignazio Cassis. Il a rencontré lundi à Bruxelles Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne, pour la première fois. Les travaux seront entrepris rapidement, a indiqué le conseiller fédéral lors d’une conférence de presse qui a suivi la rencontre. Il est désormais important d’entamer un dialogue structuré.

Lire également: Les parlementaires suisses pessimistes après une visite à Bruxelles

Regarder vers l’avenir

Ignazio Cassis et Maros Sefcovic se sont entretenus pendant deux heures, «dont une entre quatre yeux», a poursuivi le ministre des affaires étrangères. Ils se sont parlé ouvertement et ont fait ensemble le bilan des années passées. «Nous avons réalisé que nous avions perçu les derniers mois différemment», a-t-il déclaré, ajoutant qu’ils voulaient maintenant regarder vers l’avenir. Selon lui, la Commission européenne a été dure mais pragmatique.

Ignazio Cassis se rendait à Bruxelles pour faire la connaissance du commissaire européen. Avant le voyage, le conseiller fédéral avait annoncé que son objectif était d’évaluer conjointement l’état actuel des relations entre la Suisse et l’UE. Depuis que la Suisse a rompu les négociations sur l’accord-cadre institutionnel le 26 mai, les relations entre la Suisse et l’UE se sont durcies. Bruxelles a mal réagi à la décision du Conseil fédéral.