Mais quelle mouche l’a donc piquée? Voulant supprimer un mot dans le cadre de la modification du Code de procédure civile (CPC), une majorité de la Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats a mis le feu aux poudres. Normal. L’amendement proposé touche à la question fort sensible des mesures provisionnelles permettant de s’opposer à la publication d’un contenu journalistique. La menace planant sur la liberté d’informer a déjà fait réagir les milieux des médias. Ceux-ci appellent les sénateurs à rejeter ce lifting possiblement lourd de conséquences, car il ouvre plus largement la voie à des manœuvres d’intimidation judiciaire. Le débat déjà électrique devrait être au menu de la Chambre haute le 16 juin.

Lire par ailleurs: RSF plaide pour un représentant spécial de l’ONU pour la sécurité du journaliste