La Suisse n’a remis pour l’heure aucune donnée bancaire aux autorités américaines. Quant au nombre de clients de l’UBS qui se sont dénoncés à la justice américaine, il reste indéterminé.

«Nous devons encore clarifier ce point», a indiqué à l’ATS dimanche Guido Balmer, porte-parole du Département fédéral de justice et police (DFJP). Ce nombre pourrait être précisé ces prochains jours déjà.

Les autorités fiscales états-uniennes (IRS) avaient indiqué en novembre que 14 700 contribuables américains s’étaient rendus coupables d’évasion fiscale. Parmi eux, la part des détenteurs d’un compte à l’UBS demeure inconnue. Elle est importante, car les Etats- Unis pourraient se contenter de 10 000 noms. Des quelque 4000 données bancaires que l’UBS doit transmettre aux Etats-Unis, selon l’accord, aucune n’a été fournie pour l’heure, a précisé samedi le ministre des finances Hans-Rudolf Merz en marge de l’assemblée des délégués du PLR.

L’administration fédérale des contributions a pris jusqu’ici des dispositions et réglé quelque 600 dossiers, «mais physiquement, aucun n’a encore été transmis», a affirmé Hans-Rudolf Merz à l’hebdomadaire «Sonntag».