Contrairement aux pays voisins, la Suisse n’introduira pas pour l’instant de tests covid-19 obligatoires pour les voyageurs venus de Chine. La population suisse est suffisamment protégée contre les variants qui y circulent, estime le Conseil fédéral.

Les variants Omicron qui circulent en Chine présentent un risque faible pour la population et le système de santé suisses. La population suisse bénéficie d’une protection élevée contre les formes graves du Covid-19. Beaucoup de personnes sont vaccinées ou ont déjà été infectées, écrit mercredi le gouvernement dans un communiqué.

Lire aussi: La Suisse serait toujours rétive à exiger des tests covid aux voyageurs venus de Chine

Le Conseil fédéral se contente donc pour l’instant de renforcer l’information sur les mesures d’hygiène pour les passagers aériens en provenance et à destination de la Chine. L’Office fédéral de la santé publique recommande aussi à ces personnes de porter un masque.

L’Union européenne (UE) a récemment choisi une autre voie en recommandant «fortement» à ses membres de tester les voyageurs arrivés de Chine. La France, l’Italie et l’Allemagne ont pris des mesures en ce sens.

Pressions

Ces derniers jours, la pression est montée sur le Conseil fédéral pour qu’il suive le mouvement. Des politiciens et des ministres cantonaux de tous bords ont réclamé l’introduction de tests obligatoires. Plusieurs spécialistes et infectiologues ont toutefois fait part de leur scepticisme sur l’efficacité d’une telle mesure.

Lire aussi: La douloureuse réouverture de la Chine face au coronavirus

C’est cette voie que le gouvernement semble suivre pour l’instant. La circulation du virus en Suisse est tellement élevée actuellement qu’une obligation de dépistage pour le nombre proportionnellement réduit de personnes arrivant directement de Chine par avion n’aurait guère d’influence sur la propagation de la maladie en Suisse, écrit-il dans son communiqué.

La Suisse suivra de près l’évolution de la situation, notamment en ce qui concerne l’identification de nouveaux variants. Le Conseil fédéral se dit prêt à adapter si nécessaire les mesures sanitaires aux frontières. L’UE a elle annoncé un réexamen des recommandations pour la mi-janvier.