Expo.02? La Suisse orientale y croit. A l'heure où un sondage relève le peu d'enthousiasme dont jouit Expo.02 auprès du grand public, à l'heure où certains médias se plaisent à rapporter des dissensions, profondes ou supposées, entre les directeurs de l'Exposition nationale, Saint-Gall, les deux Appenzell, Thurgovie, Schaffhouse, Glaris et les Grisons font état d'un optimisme rafraîchissant. Ils présentaient hier conjointement à Herisau (AR), Stein am Rhein (SH) et Coire l'avancement de leur projet commun. Aua Extrema – eau extrême en romanche – ou plus exactement diversité aquatique se veut un projet aux buts aussi bien internes qu'externes: promouvoir le sentiment d'identité régionale, apprendre à gérer ensemble des problèmes communs, cultiver la diversité culturelle ou donner une autre image de soi à l'extérieur. «Nous avons trop la réputation d'être mous au travail, gentils, casaniers, explique Alice Scherrer, Landammann d'Appenzell Rhodes-Extérieures. Nous voulons qu'on nous considère désormais comme plus créatifs, habiles et innovatifs».

Le thème de l'eau exprime bien à lui seul la difficulté des cantons de Suisse orientale à se retrouver sous un même toit: leur géographie diffère du tout au tout, leurs pôles économiques également. Ce n'est donc pas un hasard si, au bout d'une longue réflexion, ils n'ont trouvé que l'eau comme plus petit dénominateur commun. Un dénominateur à ne pas nécessairement prendre comme un facteur consensuel: l'eau peut être destructrice, source de conflits, de contradictions. Et Peter Röllin, membre de la direction du projet, de rappeler que le mot «rivalité» vient du latin rives…

Le projet sera abrité sous un des galets de l'arteplage neuchâtelois. Il comprend trois parties distinctes. La première se veut globale: elle interroge les rapports qu'entretient l'homme avec cet élément vital. L'eau est source de vie. Dans les déserts aussi par exemple. C'était la volonté des directeurs du projet et de l'Expo elle-même de sortir le thème de son cocon local pour l'ancrer dans une problématique plus générale, comme celle de l'Agenda 21. N'est-ce pas pour autant un cliché? Lisa Humbert-Droz, qui suit les projets cantonaux pour le compte d'Expo.02, ne le conteste pas. «Effectivement, c'est un danger, reconnaît-elle. Il y a là tout un travail de réflexion à poursuivre jusqu'à la fin de l'année.» Peter Röllin a déjà sa petite idée: «J'aimerais beaucoup travailler avec l'acoustique», dévoile-t-il. La deuxième partie sera la plus sensorielle. Le visiteur entre dans la Forêt d'eau, un monde de rêves qui ne se traversera que nu-pieds. On y écoutera des histoires, des contes animés par des esprits aquatiques. Ce sera comme une fontaine de jouvence, promet Peter Röllin. Un panorama de 40 mètres de long et en trois dimensions assure l'entier de la troisième partie. Il reliera les deux thèmes évoqués précédemment à la Suisse orientale, ses trésors aquatiques, les sept directions de ses cours d'eau. Enfin, une gigantesque baignoire accueille un espace réservé aux séminaires et rencontres. De l'aveu des créateurs du projet, le tout tient sur 1000 m2 et se veut délibérément sensoriel. Le thème de l'eau est très festif, rappelle Lisa Humbert-Droz. Avec les techniques actuelles on peut créer beaucoup d'effets: glace, vapeur, humidité. Le visiteur risque bien de passer sous les jets…

Aua Extrema coûte 9,9 millions de francs, dont le financement est assuré par les cantons impliqués. La Conférence des cantons de Suisse orientale a cependant refusé toute rallonge suite au report d'un an de l'Expo, estimant qu'elle avait été la première à manifester son soutien. «C'est à la Confédération, aux cantons et communes qui en tireront les bénéfices d'allonger la manne restante», estime Bruno Koster. Le Landammann d'Appenzell Rhodes Intérieures se félicite pour le reste des liens tissés avec l'Expo. «Ils sont aux petits soins avec nous.» Et comment! les deux Appenzell célébreront leur journée cantonale avec Neuchâtel. «Cela nous a beaucoup aidé…» reconnaît le jeune Landammann. Décidément, aucun orage ne plane sur Expo.02 en Suisse orientale. Et si la manifestation devait tomber à l'eau, on resterait dans l'élément. Aquatique…