Dans la fabrication du vaccin de Moderna, l'industrie et la finance helvétiques jouent un rôle clé. Et sans la Genève internationale, la campagne de vaccination globale serait orpheline. Cet été, «Le Temps» décrypte tout cela en cinq épisodes

Retrouvez tous les articles de la série: Le roman du vaccin

C’était un samedi maussade que ce 19 décembre 2020, bien dans l’humeur du temps. Les jours précédents, le Conseil fédéral avait asséné un coup de massue à la population en pleine deuxième vague du coronavirus: fermeture des restaurants et fêtes de Noël restreintes à cinq personnes en famille. Je venais de me plonger dans un récit de Gottfried Keller sur une histoire d’amour impossible lorsque Swissmedic me rappela brutalement à la réalité en convoquant une conférence de presse en toute hâte pour annoncer l’homologation du vaccin de Pfizer/BioNTech.

Un «véritable cadeau de Noël», se réjouissent ce jour-là l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et les cantons. Mais à peine les autorités ont-elles fini de parler au centre de presse du Palais fédéral que je perçois les échos d’une manifestation sur la Place fédérale, située à 50 mètres de là. «Liberté, liberté, liberté», scandent une petite centaine de manifestants, dont la grande majorité n’a pas l’intention de se faire vacciner. Et même si le Conseil fédéral jure que la vaccination ne sera jamais obligatoire, ces frondeurs craignent que la création d’un passeport covid ne les réduise à des citoyens de deuxième classe.