Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans le Haut-Valais, les «Tschäggättä» - monstres aux masques menaçants, vêtus de peaux de mouton ou de chèvre avec une cloche de vache à la ceinture - ont surgi là où on ne les attendait pas.
© Dominic Steinmann

Tradition

La Suisse en plein carnaval

Masques, charivari, guggenmusik, les carnavals ont pris possession de nombreuses régions de Suisse ce week-end. A Bellinzone, à Coire ou encore en Valais, cortèges et concerts cacophoniques ont attiré des dizaines de milliers de personnes

A Bellinzone, le grand cortège dominical du 155e Rabadan (terme lombard signifiant charivari) a réuni une cinquantaine de formations, chars et groupes de guggenmusik, le tout sous un soleil radieux. Comme à l’accoutumée, les moqueries s’en prenaient à diverses personnalités politiques, économiques ou sportives.

Samedi, pas moins de 500 portions de papet vaudois ont été servies à Bellinzone par la brigade de cuisine des Brandons de Moudon (VD). Les Broyards étaient invités dans le chef-lieu tessinois pour célébrer le 10e anniversaire du jumelage des deux manifestations.

Le carnaval de Bellinzone s’est ouvert jeudi soir avec la traditionnelle remise des clés de la ville par le maire Mario Branda au roi Rabadan. Il se poursuit jusqu’à mardi. Lors du Rabadan, le public également masqué ne se différencie pas vraiment des groupes du carnaval, une spécificité de la fête bellinzonaise.

A Coire, ce sont 19 000 personnes qui ont assisté au cortège de carnaval samedi par des températures voisines de 0°C. Les 45 formations participantes se sont ensuite rassemblées sur la Kornplatz pour un concert géant.

Empaillés en Valais

Le Valais s’est lancé dans le carnaval vendredi. Le clou des festivités à Sion était le grand cortège carrousel du samedi. Une trentaine de formations y ont participé, soit quelque 800 personnes. Le chef-lieu valaisan espère accueillir environ 60 000 personnes jusqu’à mardi.

Chars et fanfares ont défilé à Monthey (VS) lors du fameux grand cortège. Après quoi les spectateurs se sont rendus sur la place Centrale pour la mythique et gigantesque bataille de quelque 600 kilos de confettis.

A Evolène, les empaillés et les peluches ont hanté la vallée comme chaque année. Dans le Haut-Valais, les «Tschäggättä» – monstres aux masques menaçants, vêtus de peaux de mouton ou de chèvre avec une cloche de vache à la ceinture – ont surgi là où on ne les attendait pas.

Intermezzo fou

A Lucerne, autre bastion du carnaval, un intermezzo fou a rythmé le dimanche. A la Hofkirche, l’orgue de l’église et le groupe de guggenmusik Chottlebotzer ont joué côte à côte. Plusieurs cortèges étaient au programme dans les communes.

Ces manifestations se sont déroulées sans incident notable. On ne signalait dimanche que deux blessés dans des bagarres, l’un à Appenzell, le second à Rheinfelden (AG).

Le carnaval a débuté jeudi matin dans de nombreuses villes catholiques de Suisse. Les cantons protestants suivent traditionnellement plus tard.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a