Ouvert en 1994 à Gaza, le bureau de liaison de la Suisse auprès de l'Autorité palestinienne compte désormais un diplomate, Nicolas Lang, nommé au poste de directeur adjoint, chargé des affaires politiques, a-t-on appris mardi. La direction du bureau reste en mains de la Direction du développement et de la coopération (DDC), en la personne d'Annick Tonti.

La nomination d'un cadre du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) doit permettre à la Confédération d'«être présente» dans les territoires palestiniens en cas de proclamation d'un Etat indépendant, a indiqué Nicolas Lang à l'ATS. La Suisse est prête à reconnaître une Palestine indépendante «si les conditions sont réunies», a-t-il ajouté. Selon le diplomate, la Confédération «a un grand intérêt à suivre les évolutions politiques de très près». Nicolas Lang se consacrera «entièrement à ce qui se passe au niveau politique et également sur le plan économique».

«Tour plus politique»

Interrogé par Le Temps, le porte-parole du DFAE, Ruedi Christen, précise qu'«il ne faut pas surinterpréter le sens de la nomination de M. Lang. Jusqu'ici, la présence suisse auprès de l'Autorité palestinienne était l'affaire de la DDC. Mais les choses prenant un tour plus politique, nous nous adaptons à la situation. M. Lang n'est pas le futur ambassadeur de Suisse en Palestine». Le porte-parole ajoute que l'envoi d'un diplomate suisse à Gaza répond aussi au souhait d'une collaboration renforcée entre la DDC et son Ministère de tutelle, le DFAE.

La DDC fournit une aide aux réfugiés palestiniens de 8 millions de francs par an, par le canal d'une agence de l'ONU.

Du côté israélien, on affirme que la nomination d'un diplomate suisse dans un bureau de liaison auprès de l'Autorité palestinienne «ne constitue pas un précédent» et qu'il n'y a donc pas lieu de s'en formaliser.

Le Conseil central de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a adopté en mars un texte appelant à la proclamation d'un Etat palestinien souverain «au plus tard» en septembre. Israël et l'Autorité doivent parvenir à un accord définitif sur le statut final des territoires palestiniens d'ici au 13 septembre.