Travail

La Suisse redevient attractive pour les frontaliers

Le nombre de frontaliers venant d’Italie et de France a augmenté sur un an. En revanche, ceux venant d’Allemagne sont moins nombreux, selon des chiffres publiés par l’OFS

Après le recul enregistré l’année dernière, le nombre de frontaliers a repris l’ascenseur en Suisse. Au deuxième trimestre 2019, 323’000 pendulaires de l’étranger travaillaient en Suisse, soit 2,4% de plus qu’à la même période de 2018.

Sur un an, le nombre de frontaliers venant d’Italie a augmenté de 3,7%, celui des Français de 3,2%. En revanche, les frontaliers allemands sont toujours moins nombreux. Leur nombre a reculé de 1,1% d’avril à juin, selon les chiffres publiés jeudi par l’Office fédéral de la statistique.

Lire aussi: Le Tribunal fédéral confirme le droit limité des frontaliers au chômage en Suisse

La région Vaud-Genève est toujours la plus attractive, avec 121’000 frontaliers. Elle est suivie par la Suisse du Nord-Ouest (70’000) et le Tessin (66’000).

Plus de la moitié des frontaliers enregistrés en Suisse viennent de France, un quart d’Italie et environ un sixième d’Allemagne. Près de deux tiers travaillent dans le secteur tertiaire.

Lire également: Les élèves frontaliers ne pourront pas être scolarisés à Genève

Publicité