Nos lieux de vie sont devenus de potentiels clusters. C’est le message que souhaitent faire passer les autorités romandes au moment de durcir leurs mesures sanitaires. Les cantons romands l’un après l’autre, à commencer par le Valais mercredi, suivi par le Jura, Neuchâtel, Fribourg, Vaud et Genève vendredi, ont tous admis être confrontés à la fameuse deuxième vague de coronavirus et craindre une surcharge de leurs hôpitaux. Une certaine uniformité se retrouve dans leurs annonces, avec de petites différences notamment entre Vaud et Genève qui n’ont pas manqué d’énerver le conseiller d’Etat genevois Mauro Poggia. 

Lire aussi notre éditorial: Le plan de sauvetage des Fêtes est lancé

Préserver le secteur de la restauration

En Valais, dans le Jura et à Neuchâtel, il faudra aller souper tôt: les établissements publics ferment à 22h; à Fribourg et à Genève, une heure après, et c’est dans le canton de Vaud que les tablées pourront faire durer le pousse-café le plus tard, puisque les restaurants et bars ne devront clore qu’à minuit. «Ces variations s’expliquent par des réalités locales qui peuvent être différentes», explique la présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite.

Lire également: La fébrilité gagne à nouveau les hôpitaux romands

«Nous avons examiné l’ensemble des mesures sous l’angle de leur pertinence sanitaire. Nous avons constaté que ce sont durant les dernières heures d’ouverture que les gens consomment davantage d’alcool et que ceci conduit à des comportements qui abaissent les gestes barrières. Mais dans notre coin de pays, nous allons plus tard au restaurant qu’en Suisse alémanique. Dès lors, nous voulons permettre le service du soir, et laisser tranquillement les gens finir leur repas et rentrer chez eux à partir de minuit. La coordination s’est faite avec les autres cantons, ce n’est pas une heure de plus ou de moins qui met cela en cause», avance-t-elle.

«Nous avons pris ces mesures avec le souci de préserver les activités économiques du secteur de la restauration particulièrement touché, en constatant que les risques sanitaires les plus aigus ne sont pas là au moment où vous mangez votre fondue ou votre steak, mais lorsque vous buvez bien au-delà des heures usuelles des services du soir», confirme son collègue Philippe Leuba.

La bienveillance vaudoise envers ses restaurateurs a tout de même agacé au bout du lac. «Nous venons d’apprendre que Vaud, le canton voisin, a mis minuit: on ne peut que regretter qu’il y ait des heures différentes», a déclaré Mauro Poggia en annonçant la fermeture des bars et restaurants genevois à 23h.

Vaud, exception étonnante

Dans le Jura, le Valais, à Neuchâtel et à Fribourg, seules quatre personnes au maximum pourront être assises à la même table, à l’exception des personnes vivant dans le même ménage. Cinq pour Genève. Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas comptabilisés. Leur nombre ne doit toutefois pas être supérieur au nombre d’autres personnes présentes. Le canton de Vaud apparaît comme une exception étonnante: il n’y a pas de nombre restrictif de convives à table, «c’est au tenancier du lieu d’édifier ses propres règles», a déclaré Philippe Leuba. Pour les cantons qui ne l’avaient pas déjà fait, les bars de nuit, boîtes de nuit, discothèques, ou clubs érotiques sont fermés.

A Genève, cinq pas plus

Genève ressort comme étant le canton le plus restrictif de Suisse romande, et de loin. Les regroupements spontanés publics et les manifestations privées ne doivent pas réunir plus de cinq personnes. Cela vaut pour les fêtes d’anniversaire, les repas au restaurant, nous l’avons dit, les rencontres entre amis, et même jusqu’au sport de groupe des enfants, qui devient interdit, contrairement là encore au canton de Vaud. Le Valais, Neuchâtel, Fribourg et Vaud limitent les rassemblements publics et privés à 10 personnes, le Jura à 15.

Lire également: Traitement de choc en Valais pour contrer l’épidémie

Pouvoir se réunir à Noël

La vie sociale en prend un coup, de Delémont à Savièse, de La Chaux-de-Fonds au Grand-Saconnex, l’automne sera long. «Ces mesures sont fermes, mais nous espérons qu’elles parviennent à casser cette courbe exponentielle et nous évitent de devoir fêter Noël en vidéoconférence», explique Thierry Apothéloz, conseiller d’Etat genevois.

Les dispositions genevoises entreront en vigueur dimanche à minuit, et seront, si tout se passe bien, levées le 30 novembre. Vaud serrera la vis dès samedi soir minuit, sans date de fin annoncée: «Il y a un certain nombre de mariages prévus demain après-midi, samedi, c’est pour cela que nous n’avons pas prévu de faire entrer en vigueur tout cela samedi matin, pour la vie concrète d’un certain nombre de gens ça aurait été inimaginable», indique Philippe Leuba.

Le Valais est le seul canton à fermer ses cinémas et ses théâtres, les autres cantons laissent respirer le secteur de la culture en imposant toutefois des limites à 1000 personnes pour les spectacles et concerts. Neuchâtel interdit le chant choral et les fanfares. Vaud prend des nouvelles mesures qui touchent l’école et c’est aussi une exception romande. Le port du masque du masque sera obligatoire en classe et durant tout le cours pour les élèves des degrés 9 à 11, soit dès 12 ans. Les protections seront fournies durant la première semaine, puis aux frais des parents. Tous les camps avec hébergement sont annulés jusqu’à la fin de l’année scolaire, a annoncé Cesla Amarelle.

Pour les hautes écoles et l’Université de Lausanne, les cours qui se déroulent avec de grands effectifs d’étudiants se feront entièrement à distance dès le 2 novembre. Les cours pratiques, à effectifs réduits, peuvent continuer en présentiel. La conseillère d’Etat neuchâteloise Monika Maire-Hefti annonce déjà qu’une décision concernant un éventuel enseignement à distance pour le post-obligatoire sera prise au niveau romand dimanche soir.

Reste que ces nuances cantonales donnent, plus qu’un sentiment d’unité, l’idée que chaque canton entend garder ses prérogatives en se targuant de ce qu’il a appris lors de la première vague. Si le mot tâtonner n’a plus la cote, l’expression des «mesures adaptées aux circonstances» semble désormais plus à la mode, ce qui n’empêche pas de ressentir un léger sentiment de cacophonie dans la fanfare des conférences de presse organisées dans l’urgence de la fin de semaine.