Kofi Annan, qui séjourne en Suisse pour dix jours, a été reçu officiellement mardi à Berne pour la première fois par le Conseil fédéral depuis que la Suisse est membre des Nations unies. Les discussions, qui ont précédé un déjeuner à la résidence du Lohn, ont porté, a précisé Pascal Couchepin, sur la situation en Irak, au Proche-Orient et en Afrique. La Suisse a à cette occasion rappelé l'importance du rôle que l'ONU est appelée à jouer dans la reconstruction de l'Irak et réaffirmé sa volonté d'y participer, notamment dans le rétablissement des institutions, tout en exprimant par ailleurs son soutien à l'envoyé spécial du secrétaire général, Sergio Vieira de Mello. Dans ce processus, il faut répartir les rôles entre la coalition et les Nations unies, a assuré le président de la Confédération. Evoquant les nombreuses questions posées par la crise irakienne, Pascal Couchepin a notamment discuté avec son hôte des relations entre l'ONU et les Etats-Unis, «un pays frère avec lequel la Suisse entretient des relations cordiales». Le Conseil fédéral a également exprimé son appui au processus de paix engagé au Moyen-Orient.

Kofi Annan a renseigné ses interlocuteurs sur la situation au Liberia, qualifiée de très sérieuse sur les plans humanitaire et de la violation des droits de l'homme. Insistant sur la nécessité d'une décision rapide pour l'envoi d'une force d'intervention et le besoin d'un pays ayant la capacité militaire de déployer des forces sur le terrain, le secrétaire général a dit attendre beaucoup des Etats-Unis.

Mardi en début de journée, Kofi Annan avait reçu le Prix «Olé», décerné par le parlement des enfants de la ville de Berne, pour son engagement dans la cause de l'enfance. Micheline Calmy-Rey était présente lors de la cérémonie, au cours de laquelle le secrétaire général des Nations unies a enjoint les enfants, «créateurs d'un monde meilleur», à s'engager davantage.