«J'espère que John Kerry sortira vainqueur. Je crois que, ces dernières années, les Etats-Unis se sont développés dans une fausse direction avec la politique conservatrice et les choix militaires aujourd'hui en vigueur. On ne peut qu'espérer du changement. Il y a les problèmes sociaux, l'image des USA mais aussi sa politique étrangère. J'ai compris les arguments avancés par le président pour l'intervention en Afghanistan, celle en Irak me paraît déplacée. Au lieu de contrevenir à la montée du terrorisme, cela a alimenté le problème. Mais ce n'est pas seulement la crise en Irak qui me déplaît dans le système de Bush, c'est avant tout ce lien avec un fondamentalisme chrétien, une élite religieuse qui pourrait saper le fondement de l'Etat. En tout cas, même si je l'espère, je ne sais pas si l'élection de John Kerry entraînera beaucoup de changements, du moins dans l'immédiat. Simplement je pense qu'il se montrera plus respectueux à l'égard du monde.

Quoi qu'il arrive, j'entends rester attentif à ce qui se passe aux Etats-Unis car, oui, je suis fier de ce droit de vote dont je dispose. J'ai passé une partie de mon enfance là-bas, j'ai apprécié le système scolaire. En tant que chercheur, j'aimerais y retourner pour plusieurs années. Car les Etats-Unis n'ont pas perdu de leur intérêt. Je regrette l'aigreur qu'on lit parfois dans l'attitude de certains Européens. On a besoin de la puissance américaine, notamment militaire, et je crois qu'elle n'est pas prête de fléchir. La guerre menée contre le terrorisme, elle non plus, ne peut pas être remise en question.