Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pour l’UE, la Suisse est un partenaire important et le pays tiers qui reçoit peut-être le plus d’attention de la part de la Commission.
© Vincent Kessler/Reuters

CH-UE

La Suisse, une affaire d’hommes forts à Bruxelles

Sous Jean-Claude Juncker, le dossier suisse est devenu une affaire très politique. Deux hommes venus du même sérail secondent le président de la Commission européenne

Avant de prendre les ultimes décisions, Jean-Claude Juncker est épaulé par son chef de cabinet, l’Allemand Martin Selmayr, et son conseiller politique, le Polonais Richard Szostak. Le premier est connu pour inspirer toutes les politiques menées par la Commission européenne et chapeauter les plus sensibles d’entre elles. Le second agit plus dans l’ombre, mais c’est lui qui va le plus souvent sur le terrain négocier directement avec les diplomates suisses.

Né en 1978, Richard Szostak s’est distingué par son travail sur le règlement européen de protection des données personnelles, avant de rejoindre le cabinet Juncker en novembre 2014. Son expertise sur l’intégrité du marché unique l’a placé aux côtés de Martin Selmayr pour gérer le dossier suisse, mais aussi sur les négociations du Brexit.

Cela ne tient pas au hasard. Les deux hommes viennent du même sérail, celui de l’ancienne commissaire luxembourgeoise à la Justice, Viviane Reding, connue pour avoir tenu une ligne très dure sur la libre circulation des personnes. La commissaire nourrissait sous l’ère Barroso une relation très étroite avec la Suisse et les deux hommes l’accompagnaient déjà.

Une relation «complexe»

Pour Martin Selmayr, la relation avec la Suisse est aussi personnelle, sa grand-mère étant Zurichoise. C’est à Zurich qu’il a appris à nager et a étudié le droit. Cela le met-il pour autant dans de meilleures dispositions? L’UE et la Suisse se respectent mutuellement et se considèrent comme des partenaires fiables où chacun finit toujours par faire ce qu’il dit mais qui ne «se font aucun cadeau», dit un observateur impliqué dans les dossiers.

Lire aussi: Jean-Claude Juncker, l’ami exigeant des Suisses

Pour l’UE, la Suisse est un partenaire important et le pays tiers qui reçoit peut-être le plus d’attention de la part de la Commission, avec pas moins de 7 rencontres présidentielles en deux ans et une douzaine d’appels téléphoniques. Mais c’est une relation «complexe», résume un très bon connaisseur, qui demande une énergie de tous les jours, une vigilance de tous les instants.

«On ne doit pas être naïf»

Bruxelles et Berne, c’est comme «un mariage», reprend cette source. Il y a des engagements mutuels à tenir mais «on ne doit pas être naïf». Faire preuve de patience, voire de flexibilité, mais rester sur ses lignes et redoubler toujours de prudence. C’est avec cet état d’esprit que Bruxelles semble se positionner face à Berne, dans le souci d’éviter la tentation du «cherry picking».

Lundi après-midi, Jean-Claude Juncker devait d’ailleurs s’entretenir avec Doris Leuthard pour se convaincre que se déplacer à Berne jeudi en vaut la peine. Car cette rencontre devra servir à «redynamiser» la relation et à se projeter dans le futur, en gardant comme objectif très concret la conclusion de l’accord-cadre institutionnel qui reste une «priorité absolue pour l’UE».

Lire également: Le président Juncker en visite officielle à Berne

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a