Les noms des citoyens libyens qui étaient inscrits sur la liste noire de l’espace Schengen ont été définitivement supprimés, a annoncé samedi l’Espagne, présidente de l’UE au premier semestre 2010, en marge du sommet de la Ligue arabe dans la ville libyenne de Syrte.

Dans son communiqué, Madrid «déplore et regrette les problèmes et les ennuis engendrés par» la liste noire suisse et «espère que cet incident ne se répètera plus à l’avenir». L’Espagne souligne son désir de préserver les bonnes relations entre la Libye et l’UE et espère conclure bientôt un accord cadre de partenariat.

Peu après la diffusion de ce texte, les autorités libyennes ont annoncé la levée de l’interdiction d’entrée sur son territoire des ressortissants des pays de l’espace Schengen. Elles se sont empressées de qualifier la décision de l’UE de «victoire sur la Suisse». Crises pas liées

La normalisation des rapports entre l’UE et la Libye ne met pas fin au contentieux entre Berne et Tripoli. Le chef de la diplomatie libyenne Moussa Koussa a souligné qu’il s’agissait d’»un problème différent». La Libye exige toujours un «arbitrage international» pour régler cette crise, a-t-il dit.

Le ministre a aussi précisé que son pays participerait sous peu à des pourparlers pour tenter de régler ce litige sous l’égide de l’Espagne.

Pour Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (CERMAM) à Genève, Bruxelles a choisi Tripoli plutôt que Berne. «S’il n’y a pas de garantie pour le retour de Max Göldi, si son cas n’a pas été évoqué de manière sérieuse, et non pas seulement orale, lors des négociations, il s’agit d’un lâchage de l’Europe», a-t-il dit à l’ATS. Médiateurs européens

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) s’est refusé à tout commentaire sur ces derniers développements. «La crise n’est pas encore terminée», a simplement dit à l’ATS une porte- parole. La Suisse continue à travailler avec les médiateurs européens pour trouver une solution diplomatique. Son objectif reste la libération de Max Göldi.