Les Suisses connaissent-ils le niveau des impôts prélevés sur les revenus élevés? La réponse est plutôt négative, si l’on en croit les résultats d’un autre sondage, effectué dans le cadre du programme Vimentis, qui cherche à cerner les besoins et les envies de la population pour l’avenir. Ce projet est parrainé par les présidents des partis politiques.

Selon cette enquête, menée auprès de 24 000 personnes, une majorité de 55% s’exprime en faveur d’une hausse des impôts pour les contribuables gagnant plus de 150 000 francs par an.

Les personnes participant à l’étude ont été questionnées sur le niveau des impôts. Elles pensent que la charge fiscale moyenne se situe autour de 14,4% pour un revenu de 500 000 francs alors qu’elle est en réalité de 28%, note Vimentis. Et pour un revenu annuel de 5 millions, le taux moyen est estimé à 19,7% alors qu’il est de l’ordre de 33%.

L’enquête démontre que les femmes ont davantage tendance que les hommes à sous-estimer la charge fiscale réelle. Elles estiment l’impôt moyen à 12,8% pour les revenus de 500 000 francs et à 17,5% pour 5 millions, alors que les hommes misent plutôt sur, respectivement, 16% et 22%, ce qui est aussi bien en dessous de la réalité.

Par sensibilité politique, Vimentis relève que les personnes proches du PS, du PDC et de l’UDC sous-évaluent plus fortement la charge fiscale que celles qui se disent sympathisantes des Verts ou du PLR. Quant aux jeunes de 15 à 24 ans, ils pensent que les personnes déclarant un revenu d’un demi-million en réservent 11,1% au fisc et que celles dont le revenu grimpe à 5 millions en redistribuent 14,6% à l’Etat.