Suisse

Suisse-UE: le PBD réaffirme son soutien à la voie bilatérale

En assemblée samedi à Frobourg, le Parti bourgeois-démocratique s'est prononcé aussi en faveur de la révision de la loi sur les armes et le projet de réforme fiscale

Réunis en assemblée, les délégués du PBD se sont penchés sur l'accord-cadre avec l'Union européenne. Ils se sont également prononcés en faveur de la révision de la loi sur les armes et le projet fiscal RFFA. Ils ont en revanche rejeté l'initiative contre le mitage.

Après une présentation du projet par le secrétaire d'Etat Roberto Balzaretti, le président du PBD, Martin Landolt, a relevé que «le prix d'un accord-cadre était désormais connu et qu'il incombait désormais au Conseil fédéral et aux partis au pouvoir de soumettre cette question au vote populaire, selon un communiqué diffusé samedi par le PBD.

Lire aussi: Exportations d’armes: le parlement met la pression

Le document souligne encore que «la voie bilatérale est le seul concept durable pour garantir une relation stable entre la Suisse et l'Union européenne».

Réunis à Fribourg, les délégués ont «clairement» recommandé de rejeter l'initiative des Jeunes Verts contre le mitage. Pour le parti, le paysage doit être préservé, mais il faut pour cela d'abord mettre en oeuvre la loi sur l'aménagement du territoire révisée et évaluer ses incidences.

Lire également: L'UE veut-elle désarmer la Suisse?

Oui au projet fiscal

La loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l'AVS (RFFA) a, elle, donné lieu à des «débats animés». Pour les délégués, lier projet fiscal et financement de l'AVS pose problème sur le plan institutionnel et démocratique. La majorité a toutefois recommandé de l'accepter en raison de l'importance de la réforme fiscale pour la place économique suisse.

La base du parti a également plaidé en faveur de la révision de la directive de l'UE sur les armes. Les délégués ont estimé que la mise en péril de l'accord de Schengen était «très problématique», note le communiqué.

Publicité