Rarement une procédure de répartition de départements au Conseil d’Etat vaudois aura duré aussi longtemps, suscitant autant d’intérêt que de rumeurs. L’arrivée de quatre nouveaux ministres et le basculement de majorité à droite sont les causes de cette effervescence. Avec dans ce jeu déjà complexe, en guise de la carte «Pierre noir», le Département de la formation, qui a coûté le siège de la socialiste Cesla Amarelle et que personne ne voulait reprendre. Les discussions semblaient compliquées, mais tout s’est accéléré ce mercredi, lors de la deuxième séance du nouveau collège. Communiqué ce jeudi après-midi, le remaniement est important, avec un agencement pas toujours lisible. Les surprises sont à la hauteur de l’attente.