élections

La surprise Anne Emery-Torracinta

ANALYSE. Les premiers résultats de l’élection du Conseil d’Etat genevois montrent que les affaires n’ont pas écorné la confiance des partisans de la ministre PS. Le PDC Luc Barthassat surprend aussi, par l’ampleur de sa chute

Les affaires n’ont pas atteint Anne Emery-Torracinta. Les résultats provisoires sur 95% des bulletins placent la conseillère d’Etat socialiste en cinquième position (30 491 voix), derrière le quatuor attendu des conseillers d’Etat: Pierre Maudet (PLR, 46 897), Mauro Poggia (MCG, 40 962), Serge Dal Busco (PDC, 38 244), Antonio Hodgers (Les Verts, 37 113).

Retrouvez notre suivi en continu de ces élections

La ministre de l’Instruction publique sort première des trois candidats socialistes. Thierry Apothéloz (29 973) et Sandrine Salerno (27 202) arrivent respectivement en sixième et huitième positions. C’est un renversement par rapport au vote lors duquel le parti avait choisi à l’interne ses candidats, au printemps dernier, où la ministre était sortie dernière, et Thierry Apothéloz premier.

L’électorat PS pro-Torracinta a serré les rangs

De toute évidence, l’électorat de la conseillère d’Etat a resserré les rangs. Mise en cause pour sa gestion de l’affaire Tariq Ramadan (alors enseignant, il est accusé d’abus sur des élèves dans les années 1980), Anne Emery-Torracinta semble sortir indemne d’une séquence agitée qui l’a vue admettre des erreurs dans sa communication. Un autre couac l’a également mise à mal durant la campagne: la suspension de sa secrétaire générale, décidée par la ministre suite à l’attribution d’un mandat au compagnon de la fonctionnaire, mandat révoqué après avoir été signé par la socialiste.

Luc Barthassat évincé?

L’autre nouvelle du jour, si ces résultats provisoires du premier tour se confirment, est la sortie provisoire de Luc Barthassat du Conseil d’Etat. Le ministre PDC des Transports, avec 25 307 voix, arrive en neuvième position, devant Alexandre de Senarclens, PLR, 21 482 voix.

L’importance de cette chute est une surprise, même si deux sondages avaient sonné comme des avertissements. De toute évidence, beaucoup d’électeurs de droite ont sanctionné le magistrat pour une législature où il s’est beaucoup agité, pour de maigres résultats dans le domaine des transports. En clair: on roule toujours aussi mal à Genève qu’il y a quatre ans et demi. Le style Luc Barthassat a également déplu: excès sur les réseaux sociaux et dans ses propos, transgression permanente de la fonction de magistrat. Les électeurs semblent indiquer qu’ils attendent une attitude plus sobre voire plus noble à la fonction de conseiller d’Etat.

Deux nouveaux au gouvernement?

Au soir de ce premier tour, deux nouveaux feraient leur entrée au Conseil d’Etat: Nathalie Fontanet, 29 645 voix, et Thierry Apothéloz, 29 973 voix. La PLR est accrochée à la locomotive Pierre Maudet, premier avec 49 867 voix, soit 6000 voix d’avance sur le deuxième, Mauro Poggia. Nathalie Fontanet est la mieux placée pour occuper le siège PLR laissé libre par le président du Conseil d’Etat, François Longchamp, qui ne se représente pas.

Thierry Apothéloz a gagné 11 000 suffrages par rapport à 2013, année où il avait échoué à la huitième place finale. Le conseiller administratif de Vernier semble bien parti, si l’Entente de droite ne resserre pas les rangs, pour renforcer la gauche au sein du gouvernement, où il formerait un trio avec le Vert Antonio Hodgers et Anne Emery-Torracinta.

Publicité