succession

Sans surprise, Ignazio Cassis est élu au Conseil fédéral

Le Tessinois passe la rampe au deuxième tour avec 125 voix. Le suspense a été bref

Le Tessin va retrouver le Conseil fédéral. Ignazio Cassis a été élu ce mercredi matin au deuxième tour de scrutin. Avec 109 voix, pour une majorité de 122 au premier tour, le conseiller national était parti avec un fort avantage sur ses concurrents Pierre Maudet et Isabelle Moret. Le Genevois a fait un peu plus fort que la Vaudoise.

Lire aussi:  Ignazio Cassis, l’homme aux deux visages

Un nom vite lancé

Le nom d’Ignazio Cassis est apparu quelques minutes après l’annonce, le 14 juin, de sa démission par Didier Burkhalter. Bien vu au parlement malgré les reproches d’accointances marquées avec les assurances maladie, déjà cité auparavant, et bien sûr, Tessinois: une combinaison parfaite, en termes de diversité régionale, pour un canton du sud absent du Conseil fédéral depuis 18 ans.

Retrouvez tous nos articles sur la succession de Didier Burkhalter

Un feuilleton plus intense que prévu

Le feuilleton s’est intensifié en raison de deux mouvements parallèles. Le choix, discuté à l’interne, du PLR tessinois, de présenter un ticket à une personne, et non un homme-une femme. Dans un premier temps, cela a été jugé fragilisant pour la postulation italophone.

Dans le même temps, les Romands sont entrés dans la danse, au risque de chiffonner l’entente latine. Pierre Maudet s’est déclaré assez tôt, en juillet. En terres vaudoises, après quelques cafouillages, c’est bien Isabelle Moret, vite pressentie, qui s’est lancée.

Les campagnes romandes diverses

Si le Genevois a mené une campagne tambour battant, jugée innovante par les uns, trop véhémente par les autres, la Vaudoise, vantée pour sa montée en puissance au sein du parlement fédéral, a surpris par quelques zigzags et des hauts et des bas durant sa campagne.

La répartition des départements se fera vendredi.

Dossier
Succession de Didier Burkhalter: l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral

Publicité