Neuchâtel

Surprise à Neuchâtel: l’initiative pour deux hôpitaux l’emporte

Pour 1265 voix à une question subsidiaire, le corps électoral neuchâtelois préfère l’initiative des Montagnes pour sauver leur hôpital au projet gouvernemental de centralisation des soins aigus à Neuchâtel et la réadaptation à La Chaux-de-Fonds. Le Conseil d’Etat est dépité

Septembre 2012. Coup de tonnerre sur Neuchâtel, qui peine à s’extirper d’une législature gouvernementale chaotique, le peuple rejette le projet de Transrun, une ligne de chemin de fer qui devait relier sous la montagne Neuchâtel à La Chaux-de-Fonds. Février 2017, alors que la législature gouvernementale qui se termine est considérée comme plutôt bonne, le même corps électoral refuse un projet pourtant majeur, la réorganisation hospitalière. Un cataclysme.

Les Neuchâtelois ont certes voté majoritairement pour le programme de centralisation des soins aigus à Neuchâtel et la construction d’un hôpital à 175 millions à La Chaux-de-Fonds pour la réadaptation, mais de manière peu cohérente, ils ont plus massivement accepté l’initiative des Montagnes, réclamant deux hôpitaux généralistes autonomes.

Victoire du Haut du canton

C’est une question subsidiaire qui départage les dossiers: pour 1265 voix, l’initiative du Haut l’emporte. C’est une victoire éclatante du Haut du canton qui s’estime délaissé et discriminé. Grâce à la forte mobilisation à La Chaux-de-Fonds et au Locle, mais aussi à un vote certainement de compassion d’une part de l’électorat du Bas.

Ce que Neuchâtel avait péniblement construit depuis 2005 et la mise en place d’une holding de ses hôpitaux (HNE) est battu en brèche. L’initiative réclame deux structures hospitalières généralistes, avec des services à disposition 24 heures sur 24, à La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel. Il faut tout remettre à plat, avec plusieurs années de travaux législatifs et de concrétisation d’un texte vague.

Ce scrutin devait conforter la stratégie du gouvernement voulant faire du canton un seul espace. Le résultat contredit cette volonté, avec le succès des défenseurs exclusifs des Montagnes, au détriment de l’intérêt cantonal.

Pendant que les Montagnes pavoisent, peut-être de manière illusoire car la plupart des experts estiment que l’initiative est inapplicable, le canton de Neuchâtel se retrouve avec trois problèmes majeurs: il retourne à la case départ en matière de réorganisation hospitalière, avec le risque de voir fuir le personnel médical et soignant qui militait pour le programme du Conseil d’Etat; le canton est plus divisé que jamais entre le Haut et le Bas, et d’autres dossiers risquent de s’embourber en raison du clivage (par exemple le projet d’hôtel judiciaire à La Chaux-de-Fonds); l’image de Neuchâtel à l’extérieur est de nouveau écornée. Certes, le canton a plébiscité Forta et devrait obtenir les ressources financières fédérales pour construire les contournements routiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds, mais sa crédibilité risque d’être entamée lorsqu’il s’agira d’intégrer le RER cantonal dans les programmes ferroviaires fédéraux.

Publicité