Votations

Surveillance des assurés: les opposants lancent la campagne

Les opposants à la loi permettant aux assureurs de surveiller les clients qu'ils soupçonnent d'abus ont lancé lundi leur campagne en vue de la votation du 25 novembre. Ils jugent que le texte donne un pouvoir arbitraire aux assureurs

Le comité de citoyens opposé à la loi a choisi Lucerne, plus spécialement la place devant le siège de la CSS, une des plus importantes assurances maladie de Suisse. «On peut voir cela comme une provocation», a dit à Keystone-ATS le co-directeur de campagne Dimitri Rougy. Mais la manifestation a été autorisée, la police et la CSS ayant été contactées.

La campagne est clairement dirigée contre le lobby des assurances, le comité référendaire le soupçonnant d'avoir «perverti le droit constitutionnel à la vie privée». Un paragraphe dit «trou de serrure», ajouté via une commission et sans autre consultation par la droite du Parlement, est particulièrement contesté.

Dans la chambre à coucher

Il permet la surveillance de lieux privatifs librement visibles tels que jardins, balcons ou chambres à coucher. Le plein pouvoir décisionnel appartient aux assurances, car elles seules déterminent quels assurés seront mis sous observation, affirme le comité référendaire. Cela leur confère davantage de droits que la police n'en détient, selon lui.

Lire aussi: La surveillance des assurés, bientôt plus facile que celle des criminels?

Dans son communiqué, le comité référendaire cite Philomena Colatrella, directrice de la CSS. «Elle s'est engagée à pouvoir surveiller à l'avenir ses 1,7 million d'assurés CSS au moyen de traqueurs, drones et de détectives privés», écrit le comité référendaire qui a recueilli 75 000 paraphes, soit 50% de plus que nécessaire, en à peine deux mois.

Au-delà des précisions requises

De plus, le lobby des assurances au Parlement a veillé à ce que la nouvelle loi étende l’actuelle pratique de surveillance aux caisses-maladie, à l’AVS, à l’assurance-chômage et aux prestations complémentaires (PC), relève le comité. Cela va beaucoup plus loin que ce qui existe aujourd'hui, alors que le Parlement ne devait au départ que préciser les conditions dans lesquelles la surveillance d'un assuré pouvait être effectuée.

Ce genre de surveillance a en effet été momentanément interrompu après que la Cour européenne des droits de l'homme avait donné raison à une plaignante espionnée par des détectives engagés par son assurance. Les bases légales pour surveiller quelqu'un en Suisse sont trop vagues, avaient estimé les juges de Strasbourg.

Lire aussi: Une campagne citoyenne contre la surveillance des assurés

Mais au lieu de les préciser, le Parlement a étendu les possibilités de surveillance sous la pression massive des assurances qui pourront surveiller les assurés comme bon leur semblera et sans le moindre contrôle, condamne le comité référendaire. Des règles très précises avaient pourtant été édictées à cet effet. La police et la justice disposent de la compétence et des instruments requis pour poursuivre pénalement les auteurs d’abus, précise-t-il.

Différence de moyens

Face à la campagne des assureurs, «qui dépenseront quelques millions de francs pour faire appliquer cette loi par tous les moyens», note le comité référendaire, ce dernier se concentrera sur l'engagement volontaire fort des citoyens et des citoyennes. «Avec une campagne décentralisée, nous voulons mener plus d'un million de dialogues dans toute la Suisse - au sein de notre cercle d'amis, dans la rue et sur les médias sociaux».

Publicité