Voilà trois ans, elle était encore presque inconnue, même dans son propre canton de Saint-Gall. Aujourd’hui, elle incarne l’initiative populaire pour l’imposition individuelle qu’un comité interpartis s’apprête à lancer le 8 mars prochain à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Susanne Vincenz-Stauffacher est l’étoile montante du PLR: une battante qui sait rassembler les forces bien au-delà de son parti. Et une femme de droite devenue féministe au fil des inégalités qui ne s’estompent guère.

Fille d’une famille PLR, Susanne Vincenz-Stauffacher ne s’est pas vraiment rebellée durant son adolescence. Elle a toujours voulu devenir avocate et l’est devenue. Son stage à peine terminé, elle ouvre son propre cabinet à l’âge de 25 ans seulement, ce dont elle n’est pas peu fière. «J’ai toujours été indépendante, je n’ai jamais voulu être employée.» Peu après, celle qui chérit tant la responsabilité individuelle adhère à son tour au PLR, où elle assume diverses fonctions. Ce n’est pourtant que récemment que le grand public apprend à la connaître. En mars 2019, son parti la porte comme candidate pour succéder au Conseil des Etats à une certaine Karin Keller-Sutter, qui vient d’accéder au Conseil fédéral.