L'échéance du référendum contre la reconduction et l'élargissement de la libre circulation des personnes, aujourd'hui à 18 heures, promet un beau suspense. A moins que l'un ou l'autre de ses protagonistes n'ait bien caché son jeu et ne déboule aujourd'hui avec un paquet de signatures beaucoup plus important qu'annoncé, on pourrait ne pas savoir ce soir, ni même cette semaine, si le référendum a abouti.

Selon les sources, on parlait mercredi de 49000 ou de 51000 signatures. Dans l'hypothèse la plus basse, l'échec sera immédiatement patent. Dans l'hypothèse la plus haute, ce total demeure a priori insuffisant pour pouvoir compter sur l'aboutissement du référendum, eu égard au taux de déchet habituel lors du contrôle des signatures par la Chancellerie fédérale. Mais il faudra attendre la fin de ces contrôles, ce qui peut prendre plusieurs jours, si ce n'est plusieurs semaines.

Les différents groupes à l'origine du référendum, soit les Démocrates suisses, la Lega et les jeunes UDC, se présenteront l'un après l'autre dans l'après-midi, entre 15 et 16 heures, à la Chancellerie, pour apporter leurs paquets de signatures. Et formellement, ils peuvent encore en amener un dernier solde jusqu'à 18 heures. Bernhard Hess, le président des Démocrates suisses, parlait encore mercredi de signatures attendues au dernier moment et envoyées par express par certaines communes. En général, ce genre de propos annonce plutôt l'échec que la réussite d'un référendum.