Le dépôt des listes est agendé au 21 octobre, mais les prétendants au poste de syndic de Nyon se multiplient, surtout à gauche. En lice, la municipale socialiste Fabienne Freymond Cantone et son collègue Claude Dupertuis.

Le PS nyonnais a arrêté hier son choix dans la foulée de l'élection partielle qui a consacré Daniel Rossellat. Ce dernier, sponsorisé par les Verts, a remplacé Alain-Valéry Poitry, déchu de sa charge en raison de son déménagement dans la commune voisine de Prangins. Les socialistes revendiquent ainsi les dividendes de leur hégémonie et surtout de leur soutien, même à contrecœur, au patron du Paléo Festival, après avoir renoncé à lancer l'un des leurs dans la course.

Claude Dupertuis, syndic POP ad interim depuis janvier 2008, se porte à son tour candidat. Ambition confirmée dimanche déjà par son parti, qui se rappelle d'Henri Bally, syndic popiste au début des années 50.

Daniel Rossellat, prudent dimanche à la suite d'une victoire moins éclatante que prévu contre le radical Maurice Gay, a néanmoins réaffirmé sa volonté de participer au scrutin prévu pour le 30 novembre, indique Philippe Martinet, député vert du district de Nyon. Une assemblée générale de la formation en débattra le 8 octobre. Daniel Rossellat s'accorde pour l'heure un délai de réflexion. Il admet toutefois qu'il y a peu de chances qu'il se retire de la compétition. Lui qui souhaite se placer en dehors des clivages partisans habituels, porteur d'un projet qu'il incarne avec sa personnalité et son histoire. D'ailleurs, d'aucun le considèrent plutôt indépendant qu'homme de gauche.

Finalement, socialistes, Verts et popistes saluent en chœur le choix offert aux électeurs lors du premier tour. Il faudra, reconnaît Yves Froidevaux, chef du groupe à la rose au parlement de la Ville, se concerter ensuite pour éviter une victoire de la droite, même peu probable. En effet, majoritaire au parlement, elle subit la loi de la gauche à l'exécutif

Du coup, la droite se tient un peu à l'écart. Elisabeth Ruey-Ray, municipale et députée libérale pressentie pour mener campagne, ne laisse rien filtrer pour l'instant. Une décision sera prise dans la semaine, indique-t-elle laconiquement.