Pierre-Yves Maillard en convient: la temporalité est inhabituelle. La faîtière qu’il préside, l’Union syndicale suisse (USS), se manifeste en général à l’approche de l’automne. En ce printemps 2022, une «nouvelle réalité» pousse cependant les forces syndicales à intervenir plus tôt dans le débat public. Cette hâte a une cause précise: l’inflation de 2,4% et ses effets délétères sur les revenus des ménages suisses. Le niveau actuel est le plus haut atteint en Suisse depuis une décennie. A cela s’ajoute la flambée annoncée des primes d’assurance maladie 2023. Elle pourrait atteindre de 8 à 10%, soit la plus forte augmentation de ces dix dernières années.