Divertissement

Les tarifs d’Aquatis font tousser la Toile

Les prix des entrées au plus grand aquarium d’eau douce d’Europe sont jugés excessifs. Ils ne tranchent pourtant pas complètement avec les tarifs d’autres centres de loisirs régionaux

Bernard Russi a des objectifs élevés: «Aquatis veut être une arche de Noé du nouveau millénaire», annonce le PDG de BOAS, un des principaux investisseurs de l’aquarium. Une ambition biblique qui soulève une interrogation mercantile: Noé aurait-il demandé 27 francs à un étudiant antique pour visiter sa formidable ménagerie?

Le futur aquarium attire en effet l’attention par ses tarifs, que des internautes excédés – «de la folie!», «scandaleux!» – ont clairement indiqué trouver excessifs. Pour deux heures de visite, il en coûte ainsi 19 francs pour un enfant – dès 5 ans –, 27 pour un étudiant et 29 pour un adulte. Il existe un forfait famille, à condition toutefois d’avoir un enfant unique: 69 francs. «Il faut être riche pour visiter Aquatis», regrette un twitto. Mais est-ce vraiment si cher pour admirer un arapaima d’Amazonie?

Lire aussi:  Plongée en eau douce, dans le chantier d’Aquatis

Un tarif approprié

Bernard Russi ne le pense pas, invoquant notamment la taxe de 14% sur les divertissements levée par la commune de Lausanne. Compte tenu de l’environnement fiscal et de considérables investissements, «les tarifs correspondent tout à fait au projet», juge le PDG de BOAS à la radio RTS. Ces prix sont-ils comparables à ceux des autres centres de loisirs environnants?

«En Suisse, tu sors toujours le billet bleu lorsque tu veux faire quelque chose», philosophe une lectrice de 24 heures. Aquaparc lui donne raison, avec une journée famille (quatre personnes) à 149 francs. La demi-journée se monte, elle, à 35 francs, enfants comme adultes. Dans une ambiance plus apaisante, les Bains de Lavey proposent trois heures de détente aux prix de 27 francs pour un adulte, 23 pour un étudiant et 18 pour un enfant. Il est possible de payer en euros, taux de conversion 1/1.

«Il doit exister une adéquation entre le prix d’entrée et l’expérience offerte», explique Jean-Pierre Pigeon, directeur général de Chaplin’s World. Son musée se visite pour 18, 22 et 24 francs (enfant, étudiant, adulte). Une offre familiale permet en outre à quatre personnes d’admirer le manoir de Charlot pour 72 francs: «Le tarif est fixé sur la base d’un étalonnage et d’études indépendantes basées sur un temps de visite de trois heures», explique le directeur.

Lire aussi:  Le Musée Chaplin repose sur un pari touristique risqué

Pas plus rentable ailleurs

Vénérable institution, le château de Chillon se visite dès 6 francs pour un enfant, 12.50 pour un adulte et 10.50 pour un étudiant. «Le prix d’une entrée s’établit en fonction de l’offre et de la demande, d’un étalonnage sur les institutions culturelles suisses et européennes et de la taxe sur les divertissements de la commune de Veytaux de 15%», explique Lise Leyvraz Dorier, responsable de la communication. Une imposition proche de celle pratiquée à Lausanne, qui permet malgré tout un forfait famille particulièrement abordable: 29 francs pour deux adultes accompagnés de jusqu’à cinq enfants.

De nombreux participants au débat relèvent également les prix largement plus bas pratiqués dans d'autres pays d'Europe. Les salaires n'y sont toutefois pas comparable. Et les prix pas si bon marché: Une entrée adulte à l'aquarium de Paris se monte ainsi tout de même à plus de 20 euros. 

«Le plus grand aquarium d'eau douce d’Europe, en Suisse, ne risquait pas d’être une sortie famille bon marché», pondère un aquariophile. Si les tarifs du centre ne sont comparativement pas complètement exorbitants, ils se situent cependant clairement dans la moyenne supérieure.

Mais est-ce vraiment si onéreux pour contempler un spinosaure robotique?

Lire aussi:  Le spinosaure, prédateur aquatique géant

Publicité