Selon un sondage présenté dimanche soir par la SSR, de nombreux Suisses sont encore indécis à propos des taxes énergétiques. Ils sont en revanche tout à fait capables de différencier les trois projets. Etonnamment, c'est l'initiative solaire qui tient la corde, avec 47% de oui contre 31% de non pour 22% d'indécis. Les personnes interrogées semblent moins bien connaître le contre-projet ainsi que la redevance incitative, dont l'objectif est de transférer une partie des charges salariales vers la consommation d'énergie. Selon ce sondage, 37% des sondés diraient oui au contre-projet et 32% à la redevance incitative, contre 33% de non dans les deux cas et, respectivement, 30% et 35% d'indécis.

Bloc contre l'initiative solaire

Sur le plan politique, l'initiative solaire n'obtient l'assentiment d'aucun des trois partis gouvernementaux du camp bourgeois, qui tenaient leurs assises samedi. Alors que l'UDC et le Parti radical préconisent un triple non, le PDC joue la carte de la nuance. Réuni à Delémont, il a opté pour un non et deux oui. Les efforts déployés par le Saint-Gallois Eugen David pour défendre l'initiative solaire n'ont pas payé. Mais il n'est pas passé loin de l'exploit, car elle n'a été rejetée que par 115 voix contre 83. Le contre-projet, dont une partie des recettes doit profiter aux centrales hydroélectriques, a été très largement soutenu par les démocrates-chrétiens des cantons de montagne, dont le chef de file est le Valaisan Simon Epiney. Comme l'indique l'ampleur du résultat – 169 oui contre 37 non – il bénéficie cependant d'un ancrage plus large au sein du parti. Quant à la redevance incitative, elle a été soutenue par 163 démocrates-chrétiens contre 45. Avec ce mot d'ordre différencié, le PDC s'aligne ainsi sur la position officielle du parlement et du Conseil fédéral.

Rejet massif de l'UDC

De son côté, l'UDC a, comme prévu, massivement rejeté les trois projets: par 254 à 12 contre l'initiative solaire, par 235 à 39 contre le contre-projet, par 239 à 34 contre la redevance incitative. Les quelques voix favorables viennent essentiellement des délégués bernois, grisons et vaudois.

Chez les radicaux, réunis à Préverenges, les deux premiers projets n'ont pas connu un sort plus clément: c'est non par 197 voix contre 11 pour l'initiative solaire et par 193 contre 15 pour le contre-projet. Le débat a été plus ouvert pour la redevance incitative, qui est notamment défendue par des femmes influentes du parti (la présidente du groupe parlementaire Christine Beerli, la Zurichoise Vreni Spoerry, la Vaudoise Christiane Langenberger). Cela n'a toutefois pas suffi: le PRD a aussi dit non, par 142 voix contre 47.