Dans une décision parvenue lundi aux parties, le Tribunal fédéral (TF) a rejeté le recours qu'avait déposé l'avocat genevois Me Dominique Warluzel, recours concernant la nomination d'un juge extraordinaire dans l'enquête sur l'affaire Téléverbier. Selon Dominique Warluzel, cette nomination devait être considérée comme la création d'un tribunal d'exception. Si les considérants de ce jugement ne sont pas connus pour l'instant, il conforte toutefois la position du juge qui a mené l'instruction depuis l'automne de l'année dernière au sujet du comportement du juge Jean-Luc Addor (violation du secret de fonction, voire abus d'autorité) ainsi que des agissements de la nébuleuse des plaignants réunis autour du financier Hervé Valette.

Vers une commission d'enquête parlementaire?

Le bureau du Grand Conseil valaisan, en session depuis lundi à Crans-Montana, a accepté, toujours dans le cadre de l'affaire Téléverbier, de traiter une motion urgente déposée par le groupe socialiste et demandant la création d'une commission d'enquête parlementaire. Mais celle-ci risque fort d'être ardemment combattue par les groupes démocrates-chrétiens et de ne pas voir le jour. Le débat devrait avoir lieu le lundi 5 février.

Enfin, deux procureurs du Valais central se sont récusés dans le dossier: il s'agit du démissionnaire André Franzé et du substitut Liliane Brutin, qui devrait le remplacer au poste de procureur. On a appris également que, pour remplacer le procureur du Bas-Valais, Jean-Pierre Gross, c'est le juge d'instruction Dominique Lovey qui sera proposé, lors d'une élection qui aura lieu mercredi.