La Suisse a été malmenée par les rafales de la tempête «Bianca» jeudi soir. Au Chasseral (BE), point culminant de la chaîne du Jura, des valeurs atteignant 172 km/h ont été enregistrées. Tandis qu'au sommet du Säntis (AI), les vents ont soufflé jusqu'à 168 km/h.

De nombreux autres pics montagneux ont dû faire face aux rafales. Les Préalpes habitées ont également été secouées: à Einsiedeln (SZ), par exemple, les météorologues ont vu s'afficher 131 km/h sur leurs instruments de mesure, a indiqué vendredi SRF Meteo dans un communiqué. La limite sud de la dépression, où les vents étaient les plus forts, a évolué entre le Jura et les Alpes.

Lire encore: La tempête Dennis fait au moins un mort au Royaume-Uni

En l'espace d'une journée, la tempête «Bianca» a passé des Cornouailles, dans le sud-ouest de l'Angleterre, à la République tchèque. C'est dans la soirée que la dépression a gagné le nord de la Suisse. Elle a également pris d'assaut certaines régions d'Allemagne et l'ouest de l'Autriche, où elle s'est révélée particulièrement sévère, notamment en déracinant des arbres.

Un coup de froid en fin de journée

Le thermomètre a par ailleurs connu de drôles de variations jeudi. Dès midi, un front chaud s'est déplacé sur le Plateau, apportant de la neige en plaine en raison du contact avec l'air froid qui stationnait depuis la nuit précédente.

En fin de journée, un front froid s'est glissé par-dessus, entraînant des températures chaudes pour la saison en maints endroits. Vers 17 heures, il a fait par exemple un degré à Zurich et dix degrés à Bâle. Au cours de la nuit, le mercure est à nouveau descendu, tout comme la limite des chutes de neige.