D’humeur badine, mardi, le conseiller d’Etat genevois Antonio Hodgers a troqué son costume de ministre contre celui de représentant de commerce, pour relancer la «p’tite poubelle verte», une originalité du bout du lac: «Je fais vendeur de sacs aujourd’hui et j’ai testé le nouveau modèle, il est plus étanche! Vous comprendrez que pour changer les comportements individuels, qui restent libres, il faut convaincre le client!» Si le ton est à l’humour, le fond est politique. Dernier canton suisse à ne pas avoir introduit de taxe au sac, Genève compte sur sa poubelle verte pour échapper au principe du pollueur-payeur.

Lire aussi: Le canton de Genève devrait encore échapper à la taxe au sac