On l’avait presque oubliée. L’affaire du piratage des ordinateurs de deux journalistes de la RTS et du Temps devait être jugée dès lundi à Genève. Mais le coronavirus en a décidé autrement. L’avocat de Dominique Giroud, vigneron valaisan et accusé vedette de ce hacking finalement raté, a été testé positif ce vendredi. Message médical à l’appui, il a formellement demandé et obtenu le report des débats. La veille au soir, Me Gérald Page, défenseur de l’informaticien impliqué dans ce dossier rocambolesque, annonçait carrément son refus de se présenter en raison des risques pour sa santé.

Lire aussi: En Suisse, la deuxième vague fragilise le procès pénal