Un Yéménite de 34 ans, accusé d'être membre d'un groupe de soutien à Al-Qaida en Suisse, a été remis en liberté mardi. Il reste inculpé de participation à une organisation criminelle, a indiqué au Temps son avocat, Renaud Lattion. Sur les huit hommes arrêtés en janvier dernier dans le cadre de cette enquête, seuls trois sont encore détenus.

Ce requérant d'asile résidant à Vevey était venu en Suisse en 1995, sous une fausse identité. La police judiciaire fédérale lui reproche d'avoir facilité l'arrivée de son beau-frère, surnommé Abou Bakr, qui serait le chef de la cellule terroriste. Il aurait facilité les déplacements d'autres immigrés clandestins. Du matériel servant à la fabrication de faux papiers et les photos d'un homme condamné en France pour participation à une entreprise terroriste ont été découverts à son domicile. Ces indices n'ont pas convaincu le Tribunal pénal fédéral de prolonger sa détention.