L’état de nécessité a été déclaré au Tessin jusqu’au 29 mars. Le ton est grave au sud des Alpes. En fin de journée mercredi, le Conseil d’Etat in corpore a tenu une conférence de presse pour informer la population des nouvelles mesures adoptées afin de ralentir l’épidémie de coronavirus.

A la lumière des derniers développements en Italie et du nombre de cas officiellement recensés dans le canton – de 67 lundi, il est passé à 91 mardi et à 128 mercredi à 9h, avec 11 personnes placées en soins intensifs et 27 hospitalisées –, le chef du gouvernement, Christian Vitta, a annoncé que toutes les écoles post-obligatoires, publiques et privées, demeureront fermées.

Toutes les activités et tous les événements sportifs, professionnels et amateurs, sont par ailleurs interdits. Les lieux de divertissement – cinémas, discothèques, stations de ski, etc. – doivent fermer. Hôtels et restaurants doivent se limiter à accueillir moins de 50 personnes, personnel compris. Les manifestations publiques et privées de plus de 50 personnes, incluant les organisateurs, doivent être suspendues. La police cantonale et municipale veillera au respect de ces mesures.

Eviter l'implosion

Malgré le front sans cesse croissant qui exige leur fermeture, les écoles obligatoires demeurent ouvertes. Manuele Bertoli, directeur de l’Education, a expliqué qu’il s’agit d’éviter au maximum les contacts entre grands-parents et enfants, afin de préserver le système de santé.

Egalement présents, Giorgio Merlani, médecin cantonal, et Daniel Koch, chef de la division des maladies transmissibles de l’OFSP, qui a passé la journée au Tessin, ont rappelé que l’objectif est d’éviter que le système sanitaire ne soit près d’imploser comme c’est le cas en Lombardie.