Course contre la montre au Tessin. Le Conseil d'Etat a annoncé samedi en fin de journée de nouvelles mesures pour ralentir la progression de Covid-19.

Dès minuit, tous les restaurants, bars ou cafés doivent fermer, ainsi que tous les commerces. Seules exceptions, ceux qui vendent des denrées alimentaires ou de premières nécessités, ainsi que les pharmacies ou les stations essence. Toutes les entreprises sont aussi appelées à réduire fortement leurs activités. Restent garantis les services postaux, financiers, d'assurance et la filière agro-alimentaire. 

A propos des fermetures ou limitations pour les restaurants: Gilles Meystre: «Pour la restauration, ces décisions sont catastrophiques»

Elections possiblement reportées

Président du Conseil d'Etat, Christian Vitta a encore annoncé d'autres mesures fortes. Les services religieux sont annulés, même si les lieux de cultes restent ouverts. Les transports publics seront eux aussi réduits. Quant aux élections communales prévues le 5 avril, elles pourraient être reportées.

Militaires en soutien

Sur le front sanitaire, du personnel médical militaire est arrivé vendredi soir en renfort. Tous les efforts sont désormais concentrés à l'hôpital régional de Locarno, La Carità, réservé aux personnes infectées par le coronavirus. Dès lundi, toutes les visites seront interdites dans ce centre, sauf pour les patients dont les jours sont en danger.

A partir de mercredi, le nombre de lits sera en nette augmentation et davantage de personnel médical sera mobilisé. Malgré cela, les inquiétudes sont grandes. Jeudi déjà, les responsables de l'entité hospitalière cantonale (EOC) et de la clinique Moncucco à Lugano écrivaient, selon Il Caffè, au Conseil d'Etat tessinois, craindre «une situation plus grave encore que celle en Lombardie», prévoyant 2500 hospitalisations et 250 thérapies intensives d'ici 60 jours. La courbe épidémique de contagion du coronavirus reproduisant celle de la Lombardie avec environ trois semaines de retard.Samedi soir, on recensait 265 cas et cinq décès au su des Alpes.

Lire notre résumé des informations de ce samedi 14 mars

Moins de frontaliers

A la frontière sud, le nombre de passages a fortement diminué, ainsi vendredi entre 5h et 9h, seuls 28 000 frontaliers ont transité, contre 68 000 habituellement. Cependant, le chef du Département des institutions, Norman Gobbi (LEGA), a fortement critiqué la décision du Conseil fédéral de ne pas adopter des mesures policières sanitaires, comme la prise de la température à la frontière, ce que le permet l'art. 41 de la loi fédérale sur les épidémies (LEp).

Pris d'assaut par les travailleurs frontaliers et les entreprises tessinoises voulant garder leurs employés italiens, les hôtels de la région du Mendrisiotto, au sud du canton, ont rarement été aussi sollicités, signale la presse tessinoise, précisant que «plus une chambre ne serait libre jusqu'en avril, voire en mai».

Retrouvez nos principaux articles sur le virus