Ne pas savoir comment payer la sortie scolaire de son enfant, un soin dentaire urgent ou les factures à la fin du mois. C’était le lot de 8% des Tessinois vivant dans la pauvreté «absolue» et de 12% évoluant dans la pauvreté «relative» avant la pandémie. Un an plus tard, la précarité touche davantage de personnes.

Directrice de l’association Soccorso d’inverno Ticino, Manuela Nünlist témoigne: «Entre juillet 2019 et juin 2020, nous avons versé 858 000 francs d’aide, dont environ 600 000 pendant la pandémie.» L’organisation caritative fournit des bons d’achat pour les magasins d’alimentation, paie des loyers, l’assurance maladie, des prestations médicales non couvertes, des soins dentaires, des factures d’électricité, des déménagements…