Finance

Au Tessin, un ancien président de l’UDC a été arrêté

La justice soupçonne Paolo Clemente Wicht d’avoir commis une série de crimes financiers

Un ex-président de l’UDC tessinoise a été arrêté mercredi dernier. Paolo Clemente Wicht est soupçonné d’avoir perpétré «une série de délits patrimoniaux». C’est ce qu’annonce un communiqué de la police cantonale, sans le nommer, précisant que «vu la complexité des enquêtes, aucune autre information ne sera divulguée pour le moment». La RSI a révélé son identité, confirmée par des sources sûres.

L’ancien député au Grand Conseil et fiduciaire de 52 ans, domicilié dans la région de Lugano, a été placé en détention préventive. Sa maison du Malcantone a été scellée et du matériel informatique aurait été séquestré. Les enquêteurs seraient en voie de passer au peigne fin ses mouvements financiers effectués pour le compte de son épouse. Son avocat, Enrico Germano, affirme que l’intéressé conteste les faits qui lui sont reprochés.

Accusations rejetées

Dans une note envoyée aux rédactions à la suite des premières informations sur l’arrestation apparues dans les médias, rappelant que son client est innocent jusqu’à preuve du contraire, il fait valoir que Paolo Clemente Wicht est «totalement étranger aux faits qui lui sont imputés, qu’il rejette toutes accusations en attendant, confiant, que la justice fasse son travail et éclaircisse dans les plus brefs délais la situation». Celle-ci serait «liée à des questions d’ordre civil et de nature familiale, à la suite d'une procédure de divorce, encore pendante».

Elu à la tête de l’UDC tessinoise en novembre 2003, à 38 ans, Paolo Clemente Wicht a démissionné aux termes des élections cantonales de 2007, lorsque la députation parlementaire du groupe est passée de six à cinq membres. Une diminution d’effectif dont il aurait assumé la responsabilité en tirant sa révérence.

Affaire privée

L’actuel président de l’UDC tessinoise, Piero Marchesi, affirme que l’arrestation de Paolo Clemente Wicht relève d’une question privée et qu’il attend de connaître les résultats de l’enquête. «Il a présidé l’UDC tessinoise, mais il n’est plus membre du parti depuis onze ans. Il n’a absolument plus eu à faire avec le groupe depuis.»

Une récente prise de position de l’UDC tessinoise: La réforme scolaire tessinoise déplaît à la droite populiste

Selon le quotidien Corriere del Ticino, cette dernière décennie, l’ancien politique s’est adonné à deux passions: la cuisine et les vins. Sommelier diplômé à l’Association suisse des sommeliers professionnels (ASSP), il a travaillé comme consultant et inspecteur gastronomique international.

Publicité