Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d’illustration: vue aérienne de la ville de Bellinzone, au Tessin.
© Carlo Reguzzi/Ti-Press/Keystone

Votation

Les Tessinois acceptent de justesse la réforme fiscale

Les Tessinois ont accepté dimanche la réforme fiscale cantonale. Le oui a toutefois passé de justesse, par 50,1% contre 49,9%. Seules 193 voix ont fait la différence

La révision prévoit notamment de diminuer dès 2020 l’impôt sur les personnes morales ainsi que sur la fortune, et d’augmenter les prélèvements sur les dividendes. Malgré des compensations sociales, la loi était attaquée par référendum par la gauche. La participation s’est élevée à 32,4%. Dans certaines communes, les citoyens ont voté à parts égales pour et contre cette réforme. Selon un représentant d’Unia, la question d’un recomptage est encore ouverte au vu du résultat serré.

Favorable aux grosses fortunes

La nouvelle loi sur la fiscalité est particulièrement favorable aux grosses fortunes. Dans l’ancien système, les impôts pour une fortune de 10 millions de francs s’élevaient à 35’000 francs. Avec le nouveau système, il faudra débourser 20’000 francs.

Lire aussi: Un projet de réforme fiscale crée des remous au Tessin 

La nouvelle fiscalité fait aussi un geste en faveur des familles. Parmi les mesures sociales, le canton attribuera notamment une allocation de 3000 francs en cas de naissance ou d’adoption et des subventions pour les frais de garde d’enfants.

Réforme qualifiée de «racket» par le comité référendaire

Le comité référendaire réunissait entre autres le PS, les Verts, Unia et l’Union syndicale suisse Tessin et Mesolcina. Il qualifiait cette réforme de «racket». Le manque à gagner est estimé à 38 millions de francs pour le canton et les communes, selon le gouvernement. Les opposants chiffrent la perte à 50 millions. Le projet avait été accepté par le parlement en décembre dernier.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a