Nouvelle polémique dans le sillage des actions pro-climat menées à Zurich et à Bâle la semaine dernière. Tous les militants arrêtés pour avoir bloqué le siège de Credit Suisse et d’UBS ont été soumis à un test ADN lors de leur garde à vue, parfois sans leur consentement, ainsi que l’a révélé dimanche le SonntagsBlick. Une démarche jugée excessive par plusieurs experts qui augmente les soupçons d’un traitement policier et judiciaire disproportionné. Les 83 activistes concernés vont faire opposition.