Politique

Les têtes tombent à l’UDC zurichoise

Christoph Blocher fait le ménage après le cinglant revers subi dans les urnes. Le président, les vice-présidents et les secrétaires du parti quittent leurs fonctions

Branle-bas de combat à l’UDC zurichoise: la direction du parti au complet démissionne. Une décision prise «dans l’intérêt des élections nationales décisives de l’automne 2019», a communiqué vendredi le parti, qui tire la leçon de la débâcle essuyée dans les urnes dimanche dernier lors des élections cantonales: une perte de neuf sièges – l’amenant à 24,5%, son niveau le plus bas depuis 1995 – de mauvais augure pour le scrutin fédéral en automne.

Lire aussi: A Zurich, les Verts gagnent, l’UDC perd, le PLR pleure

En tout, cinq personnalités quittent leurs fonctions: le président Konrad Langhart, les deux vice-présidents Gregor Rutz et Stefan Schmid, ainsi que les deux secrétaires du parti. Le comité directeur de l’UDC se réunira lundi prochain pour présenter une nouvelle direction ad interim, chargée de prendre la relève jusqu’aux élections fédérales. Il soumettra ensuite ce plan à son assemblée des délégués, prévue le lendemain.

Geste rare, cette démission en bloc montre que l’UDC prend son revers très au sérieux. «Nous avons besoin de nouvelles têtes et de nouvelles idées», reconnaît le président démissionnaire, Konrad Langhart. Trois personnes ont d’ores et déjà été approchées et se sont déclarées prêtes à reprendre les rênes, ajoute-t-il, sans toutefois dévoiler de noms. Seule condition: elles ne doivent pas se trouver en lice pour les élections, afin de se consacrer au parti.

Mardi dernier, le comité directeur de l’UDC zurichoise s’est réuni dans une atmosphère consternée. Puis un groupe de travail a été formé avec la mission de redresser la barre dans la tempête. Parmi eux: la figure tutélaire Christoph Blocher, l’ancien président Alfred Heer, le chef du groupe au parlement cantonal Martin Hübscher, ainsi que Konrad Langhart, selon une source interne. Le président a rapidement été prié de quitter le navire.

«Christoph Blocher a en effet exercé une influence dans cette décision, reconnaît Konrad Langhart. Résister n’aurait pas eu de sens. Et, en cas de nouvelle perte en automne, on ne pourra pas me reprocher de n’avoir pas laissé la place.» Le style de cet agriculteur consensuel, en rupture avec une lignée de présidents offensifs, ne fait pas l’unanimité au sein de la section cantonale. Certains lui reprochent d’être trop peu présent dans les médias, pas assez combatif.

Lire aussi: L’UDC zurichoise se donne un visage plus sage

Konrad Langhart admet porter «une part des responsabilités, en tant que président», dans l’échec de dimanche. Mais selon lui le résultat a aussi été influencé par des facteurs extérieurs, conjoncturels: «L’UDC a subi des pertes dans d’autres cantons. La campagne a été dominée par des thèmes nationaux, sur lesquels nous n’avons que peu de prise. Nous n’étions pas préparés à la discussion sur le climat.»

Le conseiller national zurichois Claudio Zanetti, de son côté, se montre très critique à l’égard de la dernière législature de l’UDC cantonale: «Nous avions promis des baisses d’impôts et une meilleure gestion des dépenses. Nous avons échoué sur les deux tableaux. Les électeurs sont en droit de se demander pourquoi ils ont voté pour nous.» Selon lui, le parti aurait dû faire davantage son introspection après les premières pertes, lors des élections communales zurichoises de 2018.

Mardi soir, une autre décision a été entérinée, qui donne déjà une idée de la stratégie que pourrait adopter le parti en vue des élections fédérales: Roger Köppel se lancera dans la course au Conseil des Etats. Les chances du conseiller national sont minces face aux sortants Daniel Jositsch (PS) et Ruedi Noser (PLR), mais son profil bruyant, polarisant, assure à l’UDC de faire parler d’elle. Sur le climat et l’Europe, deux thèmes qui ont marqué les élections cantonales zurichoises, Roger Köppel mène déjà la contre-offensive dans son magazine, la Weltwoche.

Lire aussi: Un parti qui traverse une passe difficile

Publicité